CUNNINGHAM IMOGEN (1883-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe américaine née à Portland (Oregon), Imogen Cunningham fait ses études à Seattle (Washington). Elle découvre la photographie grâce à une compagne d'université, grande admiratrice de la célèbre portraitiste Gertrude Käsebier, et s'inscrit sans tarder à une école par correspondance.

Ayant obtenu son diplôme de chimie en 1907, elle commence son apprentissage dans l'atelier d'Edward Curtis, photographe réputé pour ses travaux sur les Indiens. La tâche d'Imogen consistait à tirer les épreuves – à cette époque on utilisait des plaques de verre et, généralement, on sensibilisait le papier à l'atelier –, et cela se comprend puisqu'elle envisageait de travailler dans la branche de la chimie photographique.

Deux ans plus tard elle obtient une bourse d'études et, sur les conseils de son ancien professeur, elle s'inscrit à l'école technique supérieure de Dresde. Découvrant la peinture dans cette ville allemande, elle décide de devenir photographe.

Dès son retour à Seattle en 1910, elle ouvre un atelier de portraits. Elle se marie avec un artiste graveur et, en 1917, elle le suit à San Francisco où il avait trouvé une place de professeur. Des portraits réalisés au cours des sept années passées à Seattle, l'un d'eux faillit lui coûter sa carrière : celui de son mari, nu, dans la campagne.

Deux maternités arrêtent son activité professionnelle, mais, passionnée de botanique, elle se met à photographier, à temps perdu, la luxuriante flore californienne.

On a longtemps cru qu'Imogen Cunningham était un homme, à cause de la consonance masculine du nom de l'héroïne shakespearienne que son père lui donna. Petite de taille, mince et frêle d'aspect, elle était en réalité pleine de vie et de santé, douée d'une grande force de caractère et d'un solide bon sens.

En photographie, elle est passée du flou au net, du portrait romantique au portrait direct sans que son style ait évolué. Elle n'eut aucune curiosité en dehors du portrait et de la photographie de la flore, mais, dans ces deux genres, elle a excellé. Elle n'a subi aucune influ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CUNNINGHAM IMOGEN (1883-1976)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 474 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Régionalisme ou deuxième modernisme : l'entre-deux-guerres »  : […] Alors que les États-Unis ont fini par intervenir dans la guerre en Europe, l'immédiat après-guerre est marqué par un accès de chauvinisme qui affecte évidemment les arts, alors même que la prospérité qui dure jusqu'à la crise de 1929 pourrait laisser penser que l'inverse se produirait. Le nom que Stieglitz donne à sa nouvelle galerie en 1929 en est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_97570

Pour citer l’article

Romeo MARTINEZ, « CUNNINGHAM IMOGEN - (1883-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imogen-cunningham/