KÄSEBIER GERTRUDE (1852-1934)

Photographe américaine née Gertrude Stanton, le 18 mai 1852 à Des Moines dans l'Iowa. Elle participa à la fondation du groupe de la Photo-Secession, qui eut une importance déterminante dans l'histoire de la photographie américaine. Son œuvre est surtout réputée pour ses portraits de femme et ses scènes d'intérieur.

Dix ans après l'installation de sa famille à Brooklyn, en 1864, Gertrude Stanton épouse l'homme d'affaires d'origine allemande Eduard Käsebier, puis élève ses enfants. De 1889 à 1896, elle étudie l'art au Pratt Institute de Brooklyn, et se tourne rapidement vers la photographie. Son travail est bientôt remarqué et exposé. Sa première exposition personnelle a lieu en 1896 au Boston Camera Club. L'année suivante, Käsebier ouvre son propre atelier à New York. Ses photographies sont présentées dans les salons de photographie organisés à Philadelphie en 1898, 1899 et 1900. Publiées dans divers magazines, elles sont également reproduites dans le premier numéro de la très influente revue Camera Work, en 1903.

À l'instar d'autres photographes pictorialistes, Käsebier entend hisser la photographie au rang des beaux-arts. Cet objectif la rapproche de ses cadets Alfred Stieglitz (1864-1946), Clarence H. White (1871-1925) et Edward Steichen (1879-1973), avec lesquels elle fonde en 1902 le groupe baptisé Photo-Secession. En 1916, elle rompt ouvertement avec Stieglitz et crée avec White l'association des photographes pictorialistes américains (Pictorial Photographers of America). Elle est par ailleurs membre de l'association des photographes professionnels de New York et cofondatrice de la fédération des femmes photographes américaines (Women's Federation of the Photographers' Association of America). Vers 1927, elle ferme son atelier de portrait. Une exposition rétrospective de son œuvre a lieu au Brooklyn Institute of Arts and Sciences, en 1929. La photographe meurt à New York, le 13 octobre 1934.

Outre ses évocations sensibles de la maternité, Käsebier réalisa de nombreux portraits, en particulier ceux d'écrivains et d'artistes célèbres, dont une série d'études d'Auguste Rodin (vers 1906). Ses œuvres se caractérisent par leur dimension à la fois intimiste et symbolique. Bien qu'elle ait employé la gomme bichromatée à partir de 1901, elle réalisa principalement ses tirages au platine. Comme beaucoup de ses camarades pictorialistes, elle retouchait fréquemment ses photographies, afin de les accorder à son projet esthétique.

—  Universalis

Bibliographie

B. L. Michaels, Gertrude Käsebier : The Photographer and Her Photographs, Harry N. Abrams, New York, 1992.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  KÄSEBIER GERTRUDE (1852-1934)  » est également traité dans :

QUI A PEUR DES FEMMES PHOTOGRAPHES ? (exposition)

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l’album de famille au tableau vivant »  : […] photographique et l’émancipation de la « New Woman » ont quelques années d’avance. L’Américaine Gertrude Käsebier (1852-1934), cofondatrice de la Photo Secession, voulut ainsi élever la photographie de famille au rang d’art par ses vibrantes scènes intimistes aux accents pictorialistes, ou par des métaphores telle que son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qui-a-peur-des-femmes-photographes/#i_39355

Pour citer l’article

« KÄSEBIER GERTRUDE - (1852-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gertrude-kasebier/