IMAGE NUMÉRIQUE ET IMAGE DE SYNTHÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insuffisances des modeleurs géométriques

La pauvreté des informations proposées par les modèles géométriques induit les faiblesses des modeleurs. Nous avons déjà souligné qu'en général les modeleurs s'appuient sur le modèle géométrique sous-jacent servant à représenter les scènes. La conséquence est immédiate : on oblige le concepteur à créer ses objets en termes de construction géométrique. Ainsi, un objet, quel qu'il soit, doit être vu par le concepteur à travers sa forme géométrique, ce qui est dans bien des cas la dernière propriété qui l'intéresse. On oblige le créateur à fabriquer sa scène selon une technique obligatoirement incrémentale dans laquelle les divers éléments sont ajoutés pas à pas, le tout étant obtenu par la conjonction d'une multitudes d'entités géométriques simples. La modélisation d'un bâtiment, pour reprendre l'exemple architectural, passe par la mise en place d'une multitude d'éléments géométriques comme des parallélépipèdes rectangles. Les modeleurs actuels obligent donc l'utilisateur à un travail très long, au terme duquel il n'est pas certain que l'objet produit aura bien les propriétés requises. Cela signifie que, dans ce cas, l'ordinateur n'est pas un outil de conception. Il permet simplement de simuler l'objet final sans avoir à le construire effectivement, mais n'apporte pas l'aide que l'on pourrait espérer avoir pour sa conception.

Dans le futur, il est clair que l'on éprouvera de plus en plus ce besoin d'aide à la conception. Cette aide peut se concrétiser au niveau même des moyens de création donnés par le modeleur. Actuellement, de telles aides existent, mais elles n'interviennent souvent qu'a posteriori. Dans le meilleur des cas, le programme effectue des vérifications de validité une fois le modèle de l'objet totalement construit. Si les propriétés requises ne sont pas vérifiées, le créateur n'a plus qu'à retoucher le modèle, le modifier jusqu'à obtention de ce qui lui convient. Certes, ces opérations sont plus rapides à faire sur un modèle virtuel que sur une maquette bien concrète. Mais tout de même, il s'agit là souvent d'un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Image de synthèse : principe d'affichage d'une scène par lancer de rayons

Image de synthèse : principe d'affichage d'une scène par lancer de rayons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Image de synthèse : principe d'affichage d'une scène par tampon de profondeur

Image de synthèse : principe d'affichage d'une scène par tampon de profondeur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Image de synthèse : exemple d'un objet modélisé par un arbre CSG

Image de synthèse : exemple d'un objet modélisé par un arbre CSG
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paysage virtuel

Paysage virtuel
Crédits : P.et D. Martin/ Université de Nantes

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en informatique, chercheur à l'Institut de recherche en informatique de Nantes
  • : maître de conférences en informatique, chercheur à l'Institut de recherche en informatique de Nantes

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe MARTIN, Dominique MARTIN, « IMAGE NUMÉRIQUE ET IMAGE DE SYNTHÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/image-numerique-et-image-de-synthese/