Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IBUSE MASUJI (1898-1993)

Ibuse Masuji est l'un des écrivains représentatifs du Japon contemporain. Sans interruption, il fut un véritable artisan de la littérature pendant plus d'un demi-siècle, du début de l'ère Shōwa jusqu'à nos jours, en maintenant toujours dans ses nouvelles et romans un niveau très élevé de finesse. Il sut décrire avec humour et sympathie la tragi-comédie des gens du peuple qui vécurent une époque difficile avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Sa prose, souvent qualifiée de “plébéienne”, lui valut en 1938 le prix Naoki de littérature populaire, mais sa vraie valeur ne semble pas encore pleinement reconnue. Ibuse est pourtant l'un des rares écrivains japonais à avoir su prendre du recul et se moquer de sa propre misère ; il aura toujours préféré sourire à la vie, plutôt que de se laisser envahir par le penchant suicidaire qui hantait tant les hommes de lettres de son époque.

Né à Fukuyama, Ibuse commença sa carrière vers 1930 en s'opposant au courant, alors très puissant, de la littérature marxiste. Il voulut libérer la littérature de toute idéologie politique et de tout idéal moral ou esthétique et participa au courant dit de la “littérature du non-sens (nan-sensu bungaku)”, qui manifestait une certaine ironie vis-à-vis de la littérature “grave” de l'époque. Il créa ainsi un monde littéraire correspondant mieux à l'esprit, dépourvu des valeurs traditionnelles et des valeurs modernes, de l'ère Shōwa.

De ses débuts à ses derniers jours, il n'a cessé d'élaborer un style apte à transmettre ses sentiments les plus délicats. Ce style plein de lyrisme et d'humour est un mélange complexe de divers modes de langages : il mêle la terminologie snob des intellectuels de la métropole et le patois des paysans, des expressions archaïques et des tournures ultramodernes nées d'une traduction littérale d'expressions occidentales. Cet étrange cocktail linguistique, sorti tout droit de l'atelier d'Ibuse, exprime bien l'esprit “méli-mélo” de son temps.

L'œuvre qui fit connaître Ibuse, La Salamandre (Sanshō uo, 1929), est une nouvelle allégorique. L'auteur y décrit avec humour, à travers l'histoire d'une salamandre qui a trop grossi pour pouvoir sortir de sa “cave”, la situation désespérante de l'homme pris à son propre piège. Une crevette, qui fait intrusion dans cette cave, partage le sort de la salamandre. Ce partage du désespoir est un élément nouveau dans la thématique japonaise : le regard tourné vers l'autre distingue Ibuse des autres écrivains de l'époque.

Ibuse est également un excellent témoin des changements historiques de son temps. Dans des œuvres telles que “Mes tourments terminologiques lors de la dispute entre Monsieur Tsuchi et Monsieur Kurōji” (Tsut-tsa to Kurōji-tsan wa kenka shite watashi wa yōgo ni tsuite hanmon suru koto, 1938), “Capitaine dont la mission est d'adorer l'empereur” (Yōhai taichō, 1950) ou Hôtel de la gare (Ekimae ryokan, 1957), il présente avec sympathie et discrétion le bouleversement, la détresse, la stupéfaction et la joie des gens du peuple aux prises avec les événements vertigineux de l'ère Shōwa. Il ne perd jamais cette discrétion, même dans Pluie noire (Kuroi ame, 1966), roman qui décrit une famille souffrant des retombées de la bombe atomique d'Hiroshima. Ibuse est, tout comme Tchekhov qu'il adorait dans sa jeunesse, de ceux qui décrivent sans expliciter leur jugement.

— Hitoshi OSHIMA

Bibliographie

Œuvres de Ibuse Masuji : Zenshū (Œuvres complètes), 14 tomes, éd. Chikuma shobō, 1974-1975 ; La Salamandre, trad. franç. Martine Julien, éd. Philippe Picquier, Arles, 1990.

Études : Ibuse Masuji/Fukazawa Shichirō, Nihon bungaku kenkyū shiryō kankokai, 1977.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de langue à l'Institut national des langues et civilisations orientales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • JAPON (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par Jean-Jacques ORIGAS, Cécile SAKAI, René SIEFFERT
    • 20 234 mots
    • 2 médias
    Comment survivre ? Lorsque Ibuse Masuji (1898-1993) et Ishikawa Jun (1899-1987) se décidèrent à entrer dans les lettres, l'un vers 1930, l'autre vers 1935, ils n'ignoraient pas les difficultés qu'ils affrontaient. Ibuse Masuji passa longtemps pour un auteur « populaire ». Toujours en voyage, il parcourt...

Voir aussi