RUGOVA IBRAHIM (1944-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ibrahim Rugova est né le 2 décembre 1944 à Cercë, au Kosovo, dans une famille de grands propriétaires terriens. Son grand-père, chef d'un clan important, et son père, riche négociant, sont tués le 10 janvier 1945 par les partisans titistes à cause de leur appartenance au Balli Kombëtar, le mouvement nationaliste panalbanais, anticommuniste et collaborateur des Italiens et des Allemands. Le jeune homme termine le lycée à Peć en 1967 puis est diplômé en 1971 de la section langue et littérature albanaise de l'université de Priština, où il enseigne pendant cinq ans. En 1975, il épouse Fané Vuthaj avec qui il aura trois enfants. Sa carrière universitaire se poursuit avec un séjour en 1976-1977 à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris, auprès de Roland Barthes, et un doctorat de littérature albanaise obtenu en 1984 à l'université de Priština. En 1988, Ibrahim Rugova est élu président de l'Association des écrivains du Kosovo. Quand Slobodan Milošević abolit le statut d'autonomie de la province, en 1989, il fonde la Ligue démocratique du Kosovo (L.D.K.). Partisan d'une politique de non-violence passive pour obtenir l'indépendance du Kosovo, il met en place un contre-pouvoir avec des écoles, des dispensaires et un Parlement clandestins. De la même façon, il refuse tout contact avec l'opposition démocratique serbe à Milošević, car il pense que l'intransigeance de ce dernier sert la cause indépendantiste kosovar, tant dans la région que sur le plan international.

Ibrahim Rugova

Photographie : Ibrahim Rugova

Ibrahim Rugova, l'« homme au foulard », a longtemps incarné la lutte des Kosovars albanais. Leader de la Ligue démocratique du Kosovo, partisan d'une position modérée, il fut président de la province autonome de 2002 à 2006. 

Crédits : Sean Gallup/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En mai 1992, Rugova est élu président de la République autoproclamée du Kosovo. Il sera à nouveau réélu triomphalement en mars 1998, malgré les affrontements entre la jeune Armée de libération du Kosovo (U.Ç.K.) et les forces de Belgrade, puis dans un Kosovo indépendant de fait, en mars 2002 et en octobre 2004. Dans les années 1990, l'« homme au foulard », intellectuel francophone, multiplie les voyages et les contacts pour essayer d'internationaliser la question du Kosovo, sans grand succès toutefois. En décembre 1998, le Conseil de l'Europe lui attribue le prix Sakharov de la paix. Il négocie, sans résultat, avec Belgrade la réouverture des écoles albanaises. Jusqu'à l'apparition de l'U.Ç.K., en 1996-1997, Ibrahim Rugova est le guide incontesté des Albanais du Kosovo et le « père de la Nation ». Au départ, il refuse de reconnaître l'U.Ç.K. Mais rapidement un partage des tâches s'accomplit : à l'Armée de libération l'action militaire, à lui-même l'action diplomatique.

À la suite d'une rencontre qu'il a eue avec Slobodan Milošević durant les bombardements du pays par les forces de l'O.T.A.N., entre mars et juin 1999, le gouvernement en exil des Albanais du Kosovo, dominé par l'U.Ç.K., décide de le suspendre de ses fonctions jusqu'à ce qu'il se soit expliqué sur cette initiative. En mai 1999, sous les bombardements, il quitte clandestinement le Kosovo grâce à l'intervention de la communauté catholique Sant'Egidio et se rend à Rome. Admirateur de Jean-Paul II et de mère Teresa, une Albanaise de Macédoine issue d'une famille musulmane, Ibrahim Rugova se serait peut-être converti secrètement au catholicisme en 1994, recevant le baptême sous le nom de Pierre, tout en se déclarant musulman quasi agnostique. Il rentre au Kosovo le 3 août 1999, deux mois après le départ des forces serbes, et devient le représentant de la L.D.K. auprès du Conseil de transition de la Minuk (Mission intérimaire des Nations unies au Kosovo) tout en demeurant président de la république du Kosovo. En mars 2005, il échappe à une mystérieuse tentative d'assassinat.

Rencontre Rugova-Milosevic, 1er avril 1999

Photographie : Rencontre Rugova-Milosevic, 1er avril 1999

Le président yougoslave Slobodan Milosevic et le leader modéré des Albanais du Kosovo Ibrahim Rugova se serrent la main à l'occasion de la signature d'un document commun, le 1er avril 1999 à Belgrade. Les soupçons concernant la mise en scène de cette rencontre, contre le gré de Rugova et... 

Crédits : Str/ Reuter Pool/ AFP

Afficher

Gros fumeur, atteint d'un cancer du poumon en septembre 2005, Ibrahim Rugova fait l'objet de soins intensifs en Occident, avant de rentrer au Kosovo. Il s'y éteint le 21 janvier 2006, sans pouvoir participer aux négociations de Vienne – sur le statut final de sa patrie – où il souhaitait imposer pour celle-ci le nom de « République de Dardanie », emportant avec lui une part de ses mystères. Pacifiste mais autoritaire, gérant de façon clientéliste la L.D.K. en distribuant postes et prébendes, celui qu'on surnommait le « Gandhi des Balkans » avait les mêmes buts que l'U.Ç.K. : l'indépendance. Seuls les moyens différaient.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Ibrahim Rugova

Ibrahim Rugova
Crédits : Sean Gallup/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Rencontre Rugova-Milosevic, 1er avril 1999

Rencontre Rugova-Milosevic, 1er avril 1999
Crédits : Str/ Reuter Pool/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  RUGOVA IBRAHIM (1944-2006)  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La littérature albanaise du Kosovo »  : […] Il faut mentionner la littérature des Albanais du Kosovo, largement consacrée aux motifs d'inspiration nationale : Anton Pashku (1937-1995) est l'auteur de récits psychologiques, le romancier et scénariste Azem Shkreli (1938-1997) préconise la sagesse, sans rien cacher des souffrances du peuple. Le journaliste-écrivain Eqrem Basha, né en 1948, traducteur de Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Eugène […] Lire la suite

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 790 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Petite Serbie »  : […] Si les accords de Dayton mettent fin aux guerres yougoslaves, ils ne prennent pas en compte une donnée fondamentale qui n'était pas prioritaire à l'époque : la question albanaise qui touche aussi bien la Serbie que la Macédoine et le Monténégro. En effet, les États-Unis ne souhaitent pas froisser Milošević sur le Kosovo car cette province fait constitutionnellement partie de la République fédérée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « RUGOVA IBRAHIM - (1944-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ibrahim-rugova/