HYSOPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au premier rang des labiées pectorales, l'hysope (Hyssopus officinalis L.) renferme 0,3 à 0,9 p. 100 d'essence aromatique à 45 p. 100 de pinocamphone (groupe des camphres), essence toxique, épileptisante à faible dose : 2 g chez l'homme. Elle contient aussi un glucoside, le diosmoside, voisin de l'hespéridoside du zeste d'orange (à rôle de vitamine P), de la marrubiine, un taux important de choline, des sels de potassium. D'emploi très ancien, en particulier comme vulnéraire, l'hysope est surtout utile dans les affections bronchiques, passé le stade aigu (où elle se montrerait irritante). Elle fluidifie les sécrétions, favorise l'expectoration en infusion des sommités fleuries (10-20 g/l, 2 ou 3 tasses par jour ; déconseillée aux hypernerveux). En usage externe, la décoction à 5 p. 100 (avec un émollient : guimauve, son) est résolutive, antiecchymotique : contusions, ecchymoses des paupières en particulier. La plante est surtout utilisée dans les campagnes méridionales.

Hysope officinal

Hysope officinal

photographie

Hyssopus officinalis L., l'hysope officinal (famille des Lamiaceae ou Labiatae), est un sous-arbrisseau de 20 à 60 cm originaire d'Europe méditerranéenne, à petites feuilles entières et fleurs bleues de 8 à 12 mm groupées en épis. Utilisé contre l'asthme, les... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « HYSOPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysope/