HERMANN VON REICHENAU (1013-1054)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hermann von Reichenau naît le 18 juillet 1013 à Saulgau, en Souabe, dans une famille noble : son père est le comte Wolfrad II von Altshausen Voringen. Paralysé des deux jambes dès l'enfance (d'où ses surnoms d'Hermannus Contractus ou d'Hermann der Lahme : « le Paralytique »), il étudie dès l'âge de sept ans dans la célèbre abbaye bénédictine de Reichenau (située dans une île du lac de Constance), dont l'érudit – poète, théoricien de la musique et peut-être compositeur – Bernon de Reichenau (Berno Augiensis, mort en 1048) est le supérieur, et où il prononce en 1043 ses vœux de moine.

Formé par Bernon, à qui on doit un tonaire précédé d'une introduction théorique (Prologus in tonarium) qui expose notamment la manière de transposer les mélodies, Hermann est tout à la fois chroniqueur de son temps, poète, compositeur, théoricien de la musique, mathématicien et astronome. C'est lui qui va introduire dans l'Europe latine l'astrolabe, le cadran solaire portatif et un quadrant à curseur, tous instruments arabes provenant d'Andalousie. On lui attribue deux traités sur ces instruments – De mensura astrolabii et De utilitatibus astrolabii – et un sur la durée du mois, De mense lunari. Son ouvrage Opuscula musica, destiné à ses condisciples, traite des modes musicaux ecclésiastiques post-carolingiens – constitués sur les considérations d'octave plutôt que sur les tétracordes – ainsi que des lois de la mélodie ; il y propose un nouveau système de notation musicale fondé sur l'utilisation de lettres latines et grecques représentant les intervalles et disposées au-dessus des neumes : S (semitonium) pour le demi-ton ; T pour le ton ; TS pour la tierce mineure ; TT pour la tierce majeure ; D (diatessaron) pour la quarte, la lettre grecque delta pour la quinte... Un point placé sous ces lettres sert à désigner un intervalle descendant. Ce système sera cependant rapidement supplanté par celui qui est mis au point par Guy d'Arezzo vers 1030. En mathématiques, on lui doit un traité sur la multiplication et la division à l'aide des abaques, Qualiter multiplicationes fiant in abbaco. Hermann meurt à Reichenau le 24 septembre 1054.

—  James LEQUEUX

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « HERMANN VON REICHENAU (1013-1054) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-von-reichenau/