HOOVER HERBERT CLARK (1874-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études à Stanford (Calif.), Herbert C. Hoover devient ingénieur des mines et travaille dans l'ouest des États-Unis, puis en Australie, en Asie, en Europe, en Amérique du Sud. Il est en Chine lorsque éclate la révolte des Boxers (1900) ; il révèle alors de remarquables talents d'organisateur et met en place un organisme de secours pour les victimes des événements. Lorsque la guerre est déclenchée en Europe, il est, d'abord, chargé de l'organisation du transport des vivres vers la Belgique ; puis, à partir de 1917, il est nommé à la tête de la Food Administration, qui mobilise l'agriculture américaine pour permettre des exportations vers les pays alliés ; enfin, en 1919-1920, il s'occupe du ravitaillement des populations d'Europe centrale et d'Europe orientale. Partisan de la Société des Nations, Hoover n'en est pas moins républicain ; le président Harding le désigne comme secrétaire au Commerce. De 1921 à 1929, Hoover réussit très bien là aussi, en alliant son respect de la libre entreprise avec quelques mesures d'organisation. En 1928, il est le candidat idéal pour un parti qui vante les mérites de la prospérité. À peine est-il installé à la Maison-Blanche que la grande crise de 1929 porte un coup très sévère à l'économie des États-Unis et du monde occidental. Hoover ne sait pas comment réagir ; il ne croit pas à l'intervention du pouvoir fédéral. Il commence par recommander à ses concitoyens la bonne volonté ; il les encourage à attendre le retour de la prospérité qui, dit-il, est « au coin de la rue ». Il prend, toutefois, quelques mesures : aide bancaire aux entreprises en difficulté, prêts aux fermiers, appel à la charité privée et, sur le plan international, moratoire d'un an pour les dettes de guerre et les réparations allemandes. Rien n'y fait. Hoover n'a aucun programme d'ensemble ; sa personnalité n'inspire guère confiance. Il est largement battu aux élections de 1932 par Franklin D. Roosevelt, autrement plus dynamique et chaleureux.

Dès lors, Hoover s'enferme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  HOOVER HERBERT CLARK (1874-1964)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Dépression et New Deal »  : […] Cette prospérité qui semblait durable prend fin brusquement les 4 et 29 octobre 1929, par une chute spectaculaire des cours en bourse à Wall Street . Quelques craquements s'étaient déjà produits auparavant, mais personne n'en avait tenu compte. Des dizaines de millions de titres sont brusquement jetés sur le marché par des actionnaires affolés, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_25178

NEW DEAL

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 3 823 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le «  brain trust » et la crise »  : […] On désigne par l'expression « New Deal » l'expérience tentée par le président Franklin D. Roosevelt pour mettre fin à la crise économique que traversaient les États-Unis depuis 1929. Bien que l'expérience proprement dite puisse être considérée comme terminée en 1938, par extension l'expression est couramment employée pour couvrir toute la période q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal/#i_25178

Pour citer l’article

André KASPI, « HOOVER HERBERT CLARK - (1874-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-clark-hoover/