BROWN HERBERT CHARLES (1912-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste américain, né à Londres d'une famille juive d'Ukraine venue s'installer en Grande-Bretagne en 1908 pour fuir les persécutions antisémites. Herbert Charles Brown entre en 1935 à l'université de Chicago, où sa famille s'est installée en 1914, et il obtient en 1938 un doctorat préparé sous la direction de H. I. Schlesinger. Il effectue alors un séjour postdoctoral chez M. Kharash, à l'université de Chicago, avec un poste de moniteur en chimie et, en 1943, il rejoint l'université Wayne, à Detroit, comme professeur assistant. Enfin, il s'installe en 1947 à l'université Purdue, à Lafayette (Indiana), où il est nommé professeur titulaire, poste qu'il tiendra jusqu'à sa retraite « officielle » en 1976. Nommé alors professeur émérite, il continuera à y animer un groupe de recherche important.

Le sujet de thèse que Schlesinger proposa à Brown allait orienter tout le cours de son activité scientifique ; il s'agissait d'étudier la réaction du diborane avec les aldéhydes et les cétones. Brown montre que ce réactif réduit efficacement les composés carbonylés en alcools ; mais le diborane est un produit rare, gazeux, difficile à manipuler, et Brown prépare des analogues solides du diborane. Durant la Seconde Guerre mondiale, il continue à travailler sous la direction de Schlesinger dans le cadre du projet Manhattan. Brown et Schlesinger sont alors amenés à préparer en quantités importantes un nouveau composé, le borohydrure de sodium BH4Na, réactif solide, soluble et stable dans l'eau, et qui se révèle être un réducteur des composés carbonylés plus efficace que le diborane. Le borohydrure de sodium est toujours très utilisé, tant au laboratoire que dans l'industrie.

Brown a également mis au point la réaction d'hydroboration dans laquelle le diborane (utilisé en solution dans l'éther) réagit avec les doubles liaisons en donnant finalement lieu à la formation de nouvelles liaisons entre un atome de carbone et un atome d'oxygène, d'azote ou un autre atome de carbone. Cette méthode de fonctionnalisation des doubles liaisons, très douce et très efficace, est vite devenue une des grandes méthodes de la synthèse organique.

Herbert Charles Brown a partagé avec Georg Wittig le prix Nobel de chimie en 1979.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification

Pour citer l’article

Georges BRAM, « BROWN HERBERT CHARLES - (1912-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-charles-brown/