HAASSE HELLA (1918-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur de fictions historiques originales, la romancière néerlandaise Hella Haasse étudia à travers ses écrits la vie coloniale des Indes néerlandaises, où elle grandit.

Fille d'un inspecteur des finances installé dans les colonies, Hella Haasse, de son vrai nom Hélène Serafia Van Lelyveld-Haasse, naît le 2 février 1918 à Batavia, dans les Indes néerlandaises (auj. Jakarta, en Indonésie). Envoyée aux Pays-Bas pour étudier à l'école d'Art dramatique d'Amsterdam, elle ne retournera dans les Indes néerlandaises que des dizaines d'années plus tard. Elle publie le volume de poésie Stroomversnelling en 1945. Dans son premier roman court, Le Lac noir (1948), elle explore les relations raciales dans les Indes néerlandaises, un cadre qu'elle retrouvera dans les romans Les Seigneurs du thé (1992) et L'Anneau de la clé (2002,). Son premier roman historique, En la forêt de longue attente (1949), se penche sur la vie de Charles d'Orléans (1394-1465), poète membre de la famille royale française, resté de longues années en captivité en Angleterre pendant la guerre de Cent Ans. Dans De scharlaken stad (1952, La Ville écarlate), elle prend pour sujet Giovanni Borgia, aristocrate italien du xvie siècle, qui cherche à se forger une identité différente de celle de sa célèbre famille ; au cours de la narration, la romancière joue des changements de perspective inhabituels entre les personnages. Le roman Un goût d'amandes amères (1966) a quant à lui pour toile de fond la Rome antique. Hella Haasse enfin évoque la marquise de Merteuil des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos dans Une liaison dangereuse. Lettres de la Haye (1976).

Parmi ses autres romans, citons La Récalcitrante (1978) et sa suite Madame Bentinck, l'indiscrète (1981), dans lesquels Hella Haasse reproduit notamment des documents authentiques pour raconter l'histoire de la comtesse Charlotte-Sophie Bentinck, ainsi que le roman noir Un long week-end dans les Ardennes (2000). Hella Haasse signe également une pièce de théâtre inspirée du mythe d'Ariane et de Thésée, Een draad in het donker (1963), un récit autobiographique, Zelfportret als legkaart (1954), ainsi qu'un recueil de nouvelles, Aloe ferox et autres nouvelles (2006). Son œuvre, traduite dans une vingtaine de langues, a été récompensée par de nombreux prix. Décorée de la Légion d'honneur en 2000, Hella Haasse voit ouvrir pour ses quatre-vingt-dix ans un musée virtuel qui lui est entièrement consacré. Elle s'éteint trois ans plus tard, le 29 septembre 2011 à Amsterdam.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HAASSE HELLA (1918-2011)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 853 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une narrativité éparse »  : […] Impossible de ne pas mentionner Hella Haasse (1918-2011), grand auteur inclassable et mondialement connue, entre autres de romans historiques remarquablement bien documentés. On peut d'ailleurs observer un parallèle entre Haasse et un autre inclassable, le poète et romancier Cees Nooteboom (né en 1933 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_48265

Pour citer l’article

« HAASSE HELLA - (1918-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hella-haasse/