KAMERLINGH ONNES HEIKE (1853-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 21 septembre 1853 à Groningue (Pays-Bas), Heike Kamerlingh Onnes était issu d'une famille de riches marchands et industriels. Après des études à l'université de Groningue, interrompues par un séjour de trois semestres à Heidelberg où il côtoya Robert Bunsen et Gustav Kirchhoff, il soutint sa thèse de doctorat en 1879 sur « de nouvelles preuves de la rotation axiale de la Terre ». Après quelques années d'enseignement à Delft, il devint professeur à l'université de Leyde en 1882 et y continua ses recherches jusqu'à sa retraite en 1923. Il mourut à Leyde le 21 février 1926.

Kamerlingh Onnes fut un pionnier de la physique des basses températures. Expérimentateur de talent, il fit de son laboratoire le premier centre organisé selon le principe des grandes institutions de recherche modernes, doté d'installations techniques de grande qualité et ouvert à qui voulait y venir travailler. Neuf ans après James Dewar, il liquéfia l'hydrogène, mais en quantité beaucoup plus importante. La liquéfaction de l'hélium qu'il parvint à réaliser le 10 janvier 1908 permit d'atteindre quelque 4,2 kelvins. Il avait pour cela organisé un atelier de fabrication d'hélium par chauffage de monazite, phosphate naturel de thorium et de cérium provenant de Caroline du Nord. Le prix Nobel de physique lui sera attribué en 1913 pour ce résultat remarquable. Pendant des années, il tentera en vain de solidifier l'hélium

En 1911, son étudiant en thèse, Gilles Holst, qui était chargé de diverses mesures électriques découvrit que, à une température inférieure à 4,2 kelvins, la résistivité du mercure chutait brutalement de quelque trois ordres de grandeur pour atteindre une valeur compatible avec zéro. Despote scientifique, Kamerlingh Onnes signera seul la publication annonçant cette importante découverte tandis que Horst quittera bientôt Leyde pour fonder les laboratoires de recherche Philips à Eindhoven. Cette supraconductivité ne sera comprise qu'en 1947 lorsque John Bardeen, Leon N. Cooper et John R. Schrieffer proposeront leur théorie (B.C.S.).

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  KAMERLINGH ONNES HEIKE (1853-1926)  » est également traité dans :

FROID, physique

  • Écrit par 
  • Jean MATRICON, 
  • Georges WAYSAND
  •  • 4 032 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux états paradoxaux : supraconductivité et superfluidité »  : […] L'état supraconducteur fut découvert en 1911 par Kamerlingh Onnes au cours d'une expérience où il étudiait l'effet des très basses températures, que venait de lui rendre accessible la liquéfaction de l'hélium, sur la conductivité électrique des métaux. À 4,19 K, la résistance au courant électrique du mercure devient nulle, c'est-à-dire indécelable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/froid-physique/#i_30447

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelques propriétés spectaculaires de l’hélium 4 »  : […] C'est à Leyde en 1908 que Kamerlingh Onnes avait réussi pour la première fois à liquéfier l'hélium 4, à 4,2 K sous pression atmosphérique, mais il ne découvrit pas sa superfluidité. Les premières propriétés étonnantes de l'hélium liquide ont été découvertes en 1932 par John McLennan, à Toronto. Celui-ci s'aperçut en effet que ce liquide cessait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_30447

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est compar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_30447

THÉORIE DE LA SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 119 mots
  •  • 1 média

Découverte sur un échantillon de mercure par le physicien néerlandais Kamerlingh Onnes en 1911, la propriété qu'ont certains éléments de n'opposer aucune résistance au passage d'un courant électrique à température suffisamment basse est comprise en 1957 par les physiciens américains John Bardeen, Leon Cooper et John Schrieffer. La théorie B.C.S. (d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-supraconductivite/#i_30447

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique technique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Application du premier principe aux machines thermiques. Travail utile et détente de Joule-Thomson »  : […] Au point de vue de la thermodynamique, une machine thermique est un système ouvert, car elle comporte généralement une section d'entrée A et une section de sortie B pour le fluide en évolution. Le travail correspondant Δ p V =  p B V B  −  p A V A , fourni par la machine, s'ajoute algébriquement au travail utile  W u pour lequel elle a été conçue. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-technique/#i_30447

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « KAMERLINGH ONNES HEIKE - (1853-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heike-kamerlingh-onnes/