HARA SATOSHI (1856-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État japonais. Appartenant à une famille de conseillers seigneuriaux du nord du Japon, Hara Satoshi fit tellement bien oublier ses origines nobiliaires par la suite qu'on l'appela « ministre issu du peuple ». Élève de l'École de droit, il interrompit ses études en 1879 pour devenir journaliste. Néanmoins, il rentra dans la fonction publique, occupa divers postes dans les ministères des Affaires agricoles et commerciales et des Affaires étrangères. Il était ministre en Corée, en 1897, lorsqu'il démissionna pour se consacrer de nouveau au journalisme, au journal Mainichi d'Ōsaka. Ayant été remarqué par Itō Hirobumi et Saionji Kimmochi, il fut chargé de former le parti politique Seiyūkai, dont il fut le véritable fondateur. Dès lors, il se lança d'une part dans les affaires comme directeur de banque et chef d'entreprise, et d'autre part se fit élire député, à partir de 1902. Il avait du reste participé au gouvernement dans le quatrième cabinet Itō, en 1900, comme ministre des Postes ; il fut ministre de l'Intérieur dans le premier cabinet Saionji (1906-1908) et de nouveau dans le deuxième cabinet Saionji (1911-1912). Quand celui-ci fut renversé par les intrigues de l'armée, Saionji abandonna la présidence du parti Seiyūkai, et Hara dirigea ce dernier avec beaucoup de prudence pendant la durée du mouvement démocrate parlementariste, appelé « premier mouvement de la défense de la Constitution », de décembre 1912 à février 1913. Ensuite, Hara apporta les suffrages de la Seiyūkai au nouveau cabinet présidé par l'amiral Yamamoto Gonnohyōe (1913-1914), où il détint le portefeuille de l'Intérieur. Devenu officiellement le président de la Seiyūkai depuis le mois de juin 1914, il resta dans l'opposition sous les gouvernements d'Okuma Shigenobu (1914-1916) et du général Terauchi Masatake (1916-1918). Pendant la Première Guerre mondiale, il tenta de limiter l'expansion militaire japonaise en Chine et d'empêcher l'envoi de l'armée en Sibérie. La guerre avait provoqué le repli momentané et partiel de la présence européenne en Extrême-Orient. Le Japon était en mesure de pr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HARA SATOSHI (1856-1921)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale »  : […] Ōkuma était au pouvoir depuis quelques mois seulement lorsque la Première Guerre mondiale éclata. Le Japon déclara la guerre à l'Allemagne, seulement en vue d'étendre son influence en Asie et dans le Pacifique. L'armée japonaise occupa Qingdao , concession germanique en Chine, et les îles de la Micronésie appartenant à l'Allemagne. Puis, croyant pouvoir profiter de la confusion qui régnait en Chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24472

SEIYŪKAI

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Parti politique japonais, dont le nom complet est Rikken Seiyūkai, c'est-à-dire Association constitutionnaliste des amis de la politique (1900-1940). Fondée par Itō Hirobumi, la Seiyūkai est issue des mêmes origines que le Minseitō. Lorsque la tentative d'un gouvernement que soutenait le parti constitutionnaliste unique, animé par Ōkuma Shigenobu et Itagaki Taisuke, échoua en 1898, Itō conçut l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seiyukai/#i_24472

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, « HARA SATOSHI (1856-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hara/