MARISSIAUX GUSTAVE (1872-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Marles (Pas-de-Calais), Marissiaux s'installe à Liège, en 1899, comme photographe professionnel. Depuis cinq ans, il travaille comme photographe amateur et a acquis une certaine réputation auprès de ses confrères de l'Association Belge de Photographie, la plus importante association de photographes du pays. En 1902, Marissiaux devient le représentant le plus coté sur les cimaises internationales de cette association qui, à cette époque, s'engage délibérément et très activement dans la révolution esthétique baptisée photographie pictorialiste, et où sont également engagés l'Anglais Davison, le Français Demachy, les frères Hofmeister en Allemagne, les Américains Steichen et Stieglitz. En Belgique, Gustave Marissiaux et Léonard Misonne en sont les maîtres incontestés. Le mouvement pictorialiste défend l'idée que la photographie, technique de représentation du réel, est aussi une image (en anglais : picture) et doit bénéficier de la même considération que les images produites par la peinture ou les arts graphiques. En Belgique, Marissiaux milite avec succès en faveur de cette idée, mais il est surtout un praticien constamment confronté à la dualité de la photographie prise entre le réel et l'image, entre la technique et l'art. Dans un texte intitulé « L'Art et la photographie », publié dans le bulletin de l'Association, il cite Quatremère de Quincy : « L'imitation dans les beaux-arts n'a d'autres buts que de nous faire voir la réalité par l'apparence. » Puisque la technique photographique donne de la réalité une image conforme, il faut la trahir pour que naisse l'apparence. Comme Misonne, mais sans tomber dans l'excès qui caractérise les œuvres de Demachy et de Steichen, Marissiaux use des techniques de tirage permettant l'intervention manuelle (tirage au charbon, à la gomme bichromatée, aux encres grasses). Cependant, à l'inverse de Misonne, dans les œuvres de Marissiaux le réel photographié est recherché pour lui-même, puisqu'il est le substrat de l'apparence. Marissiaux voyage pour photographier et ses photos ne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

Classification

Pour citer l’article

Marc-Emmanuel MÉLON, « MARISSIAUX GUSTAVE - (1872-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-marissiaux/