GUSTAVE COURBET (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1977-1978, une rétrospective mémorable des Galeries nationales du Grand Palais avait été consacrée à Gustave Courbet. Fallait-il, une génération plus tard, en organiser une autre au même endroit et selon des principes analogues, c'est-à-dire le rassemblement de l'essentiel de son œuvre ? On ne peut que répondre positivement, tant pour des raisons purement visuelles et esthétiques que pour d'autres relevant plus spécifiquement de l'histoire de l'art et de l'interprétation, après avoir visité l'exposition présentée à l'automne de 2007 à Paris (13 octobre 2007-28 janvier 2008) puis à New York, au Metropolitan Museum of Art (27 février-18 mai 2008) et enfin au musée Fabre, à Montpellier (14 juin-28 septembre 2008), avec pour ces deux derniers endroits une version amputée, notamment de certains grands formats.

Le parcours de l'exposition au Grand Palais relevait tout d'abord du pur plaisir visuel. On retiendra notamment la volonté d'accrocher les œuvres sur des fonds colorés très réussis, et avec un éclairage lui aussi de très grande qualité. C'est à une véritable résurrection d'Un enterrement à Ornans (1849) et de L'Atelier du peintre (1855) que l'on pouvait ainsi assister, tant par une disposition assez basse faisant pénétrer le spectateur beaucoup plus directement dans la scène représentée, que par l'apparition de nuances et de fonds, en particulier pour L'Atelier, invisibles au musée d'Orsay où les conditions de présentation des deux tableaux ne sont pas à la hauteur de la place qu'ils occupent dans l'histoire de la peinture du xixe siècle. Mais l'amateur était tout autant ébloui par l'extraordinaire rassemblement d'œuvres réalisé par les deux commissaires parisiennes, Laurence des Cars et Dominique de Font-Réaulx. Ne manquaient en fait que deux tableaux importants, Les Lutteurs (1853), conservé au Szépmüvészeti Múzeum de Budapest, à la situation juridique incertaine, et Les Cribleuses de blé (1854) du musée de Nantes, désormais trop fragile pour circuler. Autrement, tous les grands chefs-d'œuvre de Courbet étaient [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « GUSTAVE COURBET (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-courbet/