EKELÖF GUNNAR (1907-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus va le temps, plus il s'avère que l'œuvre du poète suédois Gunnar Ekelöf est l'une des plus importantes de ce siècle, et pas seulement pour la Suède. Lorsque le recul aura permis de prendre la mesure de ce que ce lyrique aura dû aux modes et aux pressions de la conjoncture, il apparaîtra bien qu'il s'est engagé dans une quête essentielle et qu'il aura reculé très loin les bornes du possible. Maintenant que sa démarche s'est arrêtée, et à la lumière de ses trois derniers recueils, où le Divan sur le prince d'Emgion (Diwan över fursten av Emgion, 1965) tient une place centrale, on voit bien que c'est une entreprise mallarméenne qu'il a menée, inconsciemment d'abord sans doute, de bout en bout.

Étudiant passionné de science ésotérique, orientaliste de race, élève attentif des surréalistes français (il a traduit Desnos en suédois), il voulait donner à la Suède, dès Tard sur la Terre (Sent på jorden, 1932), un langage poétique qui transcenderait la logique, admettrait toute expérience, déborderait amplement la fonction que la tradition lui assigne. En foi de quoi toute la première partie de sa production est recherche, sollicitation de pôles opposés : ainsi, dans Le Chagrin et l'Étoile (Sorgen och Stjärnan, 1936), dans Non serviam (1945), la constante étant la fascination de l'absurde ou la tentation du non-être ; celle-ci aboutit dans Strountes (1955) à ce que l'on a appelé une « antipoésie », réellement révolutionnaire pour un lyrique nordique.

Mais il ne faut pas se laisser prendre au piège de ces apparences. Il apparaît bien maintenant que Ekelöf a patiemment cherché le sens profond et de la poésie et de la réalité ineffable qu'elle recouvre, qu'elle devrait traduire. Et c'est ici que Mallarmé s'impose : le prestige du Néant, s'il aimante l'inspiration, s'il dicte en particulier une constante inversion des signes, n'aboutit pas à une morose délectation : à partir de ce vide, tout est possible, les anatomies s'abolissent, le « sens » fait place à une souveraine musique, s'il est bien vrai que tout geste créateur se renie, en e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  EKELÖF GUNNAR (1907-1968)  » est également traité dans :

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 809 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Temps modernes »  : […] Désormais, la Suède est devenue une grande puissance. Elle souffre pourtant, en littérature, d'un déséquilibre entre tenants de la tradition et adeptes résolus d'un modernisme impénitent. À ce titre, l'auteur le plus représentatif restera Pär Lagerkvist (1891-1974) qui, d' Angoisse ( Ångest , 1916) à Mariamne (1967) en passant par Barabbas (1950 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_47970

Pour citer l’article

Régis BOYER, « EKELÖF GUNNAR - (1907-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gunnar-ekelof/