MARCILLAT GUILLAUME DE (1470 env.-1529)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre verrier, né très probablement à La Châtre et mort à Arezzo, souvent appelé par erreur Guillaume de Marseille. Guillaume de Marcillat est connu par ses travaux en Italie ; de sa vie en France, nous ignorons tout, sauf un passage à Narbonne dans les premières années du xvie siècle, peu avant son départ pour Rome. Nous sommes bien renseignés sur son séjour italien par Vasari, qui fut son élève et lui consacra une de ses Vite, ainsi que par deux livres de comptes qui permettent de suivre en détail son activité de novembre 1515 jusqu'en mai 1529, trois mois avant sa mort. Il vint à Rome en 1505 pour travailler avec Bramante au palais de Jules II et y resta jusqu'en 1515 : cette production fut victime du sac de la ville en 1527 ; il n'en reste que les deux vitraux, très restaurés, du chœur de Sainte-Marie-du-Peuple. De Rome, il alla à Cortone en 1515, où il peignit pour la cathédrale en 1517 une Nativité (actuellement au Detroit Institute of Fine Arts) et une Adoration des Mages (Victoria and Albert Museum, Londres) et, pour la chapelle Ridolfini, au Calcinaio, une admirable Madone de la Miséricorde. En 1519, il partit pour Arezzo où il fit pour le bas-côté sud de la cathédrale sa série de vitraux la plus célèbre : Le Baptême du Christ (1519), La Vocation de saint Matthieu (1520), La Femme adultère et Les Marchands chassés du Temple (1522). Guillaume de Marcillat avait apporté de France sa technique très raffinée et sa conception du vitrail, différente de celle de ses confrères italiens (il faisait venir ses verres de France). Mais c'est la peinture italienne la plus nouvelle qui lui a fourni ses modèles : il a transposé dans le vitrail l'art de Raphaël.

La Nativité

La Nativité

photographie

La Nativité, vitrail de Guillaume de Marcillat, 1517. Detroit Institute of Fine Arts, États-Unis. 

Crédits : Founders Society purchase, General Membership Fund, Bridgeman Images

Afficher

—  Françoise PERROT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARCILLAT GUILLAUME DE (1470 env.-1529)  » est également traité dans :

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Le vitrail religieux a très vite été adapté à la nouvelle esthétique italianisante ; en Italie même, des peintres tels que Domenico Ghirlandaio et Pérugin ont fait des cartons de vitraux vers 1500 ; mais le grand maître du vitrail italien au xvi e  siècle a été un Français, Guillaume de Marcillat, auteur des vitraux de la cathédrale d'Arezzo. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_45598

Pour citer l’article

Françoise PERROT, « MARCILLAT GUILLAUME DE (1470 env.-1529) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-marcillat/