DU BARTAS GUILLAUME DE SALLUSTE (1544-1590)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est au sein d'une famille de commerçants enrichis que naquit à Montfort (Gers), en 1544, Guillaume de Salluste du Bartas. En 1565, son père avait acheté à l'évêque de Lombez le château du Bartas. Après de bonnes humanités, Guillaume fit son droit à Toulouse où il fut reçu docteur (1567). À la mort de son père (1566), Du Bartas transforme et aménage le château, se marie — il épouse Catherine de Manas dont il aura quatre filles —, puis se lance véritablement dans la carrière littéraire : c'est en 1565 que Jeanne d'Albret lui proposa le sujet de son premier grand poème, « La Judith ». Alors que sa famille est de conviction catholique, il décide de se rallier à la foi protestante et d'embrasser le parti d'Henri de Navarre, futur Henri IV, qu'il sert à la cour de Nérac, et dont il sera successivement écuyer tranchant, gentilhomme servant, gentilhomme ordinaire et ambassadeur, notamment auprès de Jacques VI d'Écosse qui l'avait invité à sa cour (1587). Parallèlement, il fit fortune en achetant fermes, terres et charges (juge à Montfort ; juge et baron de Cologne, bourg proche de son château) et il y réussit aussi bien que dans sa carrière auprès du roi. Légende que sa mort sur le champ de bataille d'Ivry (14 mars 1590), légende encore reprise par Heinrich Mann (Henri IV, 1935-1938), puisque Du Bartas s'éteignit à Mauvoysin le 28 août 1590.

Mais la gloire de Du Bartas reste attachée à son œuvre littéraire : outre d'inévitables poèmes de circonstances célébrant Catherine de Médicis et la reine Margot (« Accueil de la reine de Navarre », 1578), ou glorifiant son maître (« Cantique sur la victoire d'Ivry », 1590) et la paix (« Hymne de la paix », 1582), il a cultivé avec bonheur une veine religieuse (La Muse chrestienne, 1584) , et s'est particulièrement illustré dans la poésie scientifique, encyclopédique et didascalique (La Première Sepmaine ou Création du monde, 1578 ; La Seconde Sepmaine, 1584). La Première Sepmaine, construite sur le modèle des hexamérons, évoque en sept jours, calqués sur l'ordre de la Genèse, la création du monde et de l'homme. C'est l'occasion pour [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Pau, agrégé, docteur d'État

Classification


Autres références

«  DU BARTAS GUILLAUME DE SALLUSTE (1544-1590)  » est également traité dans :

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Après la mort de Henri II, la poésie française s'enrichit d'accents nouveaux. On assiste au développement de la poésie sérieuse, avec Du Bartas ( Le Triomphe de la foi , 1574, La Semaine ou Création du monde , 1578), et de la poésie politique et polémique. Les poètes interviennent dans le conflit qui divise la France à l'époque des guerres de Religion, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_5667

LA SEMAINE, Guillaume Du Bartas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 682 mots

La Semaine, ou Création du monde parut en 1578 . Son auteur, Guillaume de Salluste du Bartas (1544-1590), était un lettré gascon, protestant du Béarn, sujet et compagnon du futur Henri IV. Un homme modeste que le succès de son poème, presque du jour au lendemain, rendit célèbre à travers l'Europe. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-semaine/#i_5667

Pour citer l’article

James DAUPHINE, « DU BARTAS GUILLAUME DE SALLUSTE (1544-1590) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-du-bartas/