GUIGUES LE CHARTREUX (1083-1136)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Saint-Romain, dans le diocèse de Valence, Guigues est le cinquième prieur de la Chartreuse. Saint Bruno, qui avait fondé la Chartreuse en 1084, l'avait quittée pour Rome en 1088 et était mort en Calabre en 1101. Guigues ne le rencontra donc jamais, mais, quand il entra lui-même à la Chartreuse en 1106, il trouva des moines qui avaient connu le fondateur. En 1109, il fut élu prieur et il le resta jusqu'à sa mort.

Sans quitter la Chartreuse et en y vivant en solitaire, Guigues acquit une grande renommée d'intelligence, de savoir et de piété. Ses lettres témoignent de sa sagesse et de l'étendue de ses relations. Elles sont adressées au pape Innocent II, au cardinal Aimeric, chancelier de la Sainte Église romaine, à l'archevêque Rainaud de Reims, à l'abbé de Cluny, Pierre le Vénérable, à Hugues de Payns, grand maître des Templiers, au duc d'Aquitaine, Guillaume X. L'abbé de Clairvaux, saint Bernard, l'honorait de son amitié.

Au début de son priorat, Guigues composa un recueil de pensées ; à la fin, il écrivit la Vie de l'évêque saint Hugues de Grenoble (mort en 1132) qui, non content d'avoir installé saint Bruno et ses compagnons à la Grande-Chartreuse, s'était toujours montré l'ami et le protecteur des ermites. Cependant, le principal titre de gloire de Guigues est d'avoir rédigé, vers 1125, les Coutumes de la Chartreuse. L'attrait pour la vie érémitique était alors général. Trois prieurs d'ermitages établis dans le Bugey, à Portes, à Meyriat et à Saint-Sulpice, demandèrent à Guigues de leur faire connaître l'ordonnance de la vie de la Chartreuse. Bien qu'il ne soit pas nommé dans la lettre d'envoi, l'intervention de Pierre le Vénérable, qui connaissait personnellement les trois prieurs et Guigues lui-même, ne paraît pas douteuse. Guigues décrivit la vie de la Chartreuse : les quarante et un premiers chapitres sont consacrés aux moines, les chapitres xlii à lxxvi aux « laïques qu'on appelle convers », les chapitres lxxvii à lxxix contiennent des prescriptions communes, le chapitre lxxx et dernier est un éloge de la vie solitai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  GUIGUES LE CHARTREUX (1083-1136)  » est également traité dans :

CHARTREUX

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines »  : […] Au mois de juin 1084, l'évêque de Grenoble, saint Hugues , conduisit dans une petite vallée du massif de la Grande-Chartreuse sept compagnons qui lui avaient demandé un endroit propice à la vie solitaire. Leur chef était Bruno, qui avait alors dépassé la cinquantaine. Né à Cologne, il avait demeuré à Reims une trentaine d'années, successivement étudiant, chanoine, écolâtre, enfin chancelier. Après […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « GUIGUES LE CHARTREUX (1083-1136) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guigues-le-chartreux/