GRENOBLE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1968]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 24 novembre 1960, une dépêche reprise par la presse annonçait discrètement que Grenoble envisageait de proposer sa candidature pour l'organisation des Xes jeux Olympiques d'hiver, en 1968. Albert Michallon, alors maire de la ville, constitue rapidement un comité de candidature, lequel reçoit des subventions (170 000 francs) pour préparer son dossier, le projet associant le département de l'Isère et une grande partie du Dauphiné. Du 25 au 28 janvier 1964, le C.I.O. tient sa soixante et unième session à Innsbruck, juste avant l'ouverture des IXes jeux Olympiques d'hiver, la dernière journée étant consacrée à l'examen des dossiers et au choix de la ville d'accueil des Jeux d'hiver de 1968. Sapporo (six voix), Lake Placid (trois voix) et Oslo (une voix) sont éliminées au premier tour de scrutin ; Lahti (Finlande) disparaît au deuxième (quatorze voix). À 17 heures, la nouvelle tombe : au troisième tour, Grenoble est élue avec vingt-sept voix, contre vingt-quatre pour Calgary (Canada).

Affiche des jeux Olympiques de Grenoble (1968)

Affiche des jeux Olympiques de Grenoble (1968)

photographie

Dessinée par le publicitaire Jean Brian, l'affiche officielle des Jeux de Grenoble met en scène les anneaux olympiques descendant une pente « tout schuss ». En bas, à gauche, au-dessus du G de Grenoble, figure l'emblème de ces Jeux : le cristal de neige assorti de trois roses rouges et des... 

Crédits : IOC /Olympic Museum Collections

Afficher

Le général de Gaulle saisit l'opportunité et souhaite à la fois faire des Jeux une opération de prestige à la gloire de la France et lancer une vaste entreprise de modernisation des stations de sports d'hiver destinée à promouvoir le tourisme. Le comité d'organisation des Jeux de Grenoble est certes une structure indépendante, mais le ministre de la Jeunesse et des Sports, François Missoffe, se voit étroitement associé à tous les projets, d'autant que l'État investit 519 millions de francs pour les infrastructures. La ville de Grenoble s'enrichit d'un nouvel hôtel de ville, d'une gare ferroviaire, d'une gare routière. Par ailleurs, le village olympique de mille huit cents logements, construit par Maurice Novarina pour 179 millions de francs, se transformera en quartier d'habitation à dominante sociale. L'aéroport international de Grenoble-Isère est inauguré en décembre 1967.

Les compétitions de patinage et de hockey sur glace se déroulent à Grenoble même. Le Stade de glace (douze mille p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « GRENOBLE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1968] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenoble-jeux-olympiques-de-1968-contexte-organisation-bilan/