GOUVERNEUR, Ancien Régime

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Commissaire ordinaire du roi, le gouverneur est chargé de le représenter dans une circonscription administrative appelée gouvernement. Créés au xve siècle, ces gouvernements étaient au xvie au nombre de douze ; ils recouvraient les grandes provinces frontières et en fait la plus grande partie du territoire français, soit la Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Champagne, la Bourgogne, la Bresse, le Dauphiné, la Provence, le Languedoc, la Guyenne, l'Orléanais et l'Île-de-France. Les gouverneurs répondaient à une nécessité : celle de maintenir l'ordre et d'assurer la défense des provinces pendant la période troublée de la guerre de Cent Ans. Chefs de l'armée, ils pouvaient en réalité intervenir en toutes occasions où l'ordre public, la sécurité des populations ou l'autorité royale étaient menacés. En raison de leurs pouvoirs militaires, ils étaient choisis exclusivement dans l'ordre de la noblesse. N'étant point propriétaires de leur charge, les gouverneurs sont révocables à tout instant, et les souverains ne se privèrent pas d'user de ce droit, surtout à partir du xviie siècle, estimant que l'influence de ces hauts personnages contrebalançait la leur. Ils leur adjoignent des lieutenants généraux qui prennent le véritable commandement de l'armée, et Louis XIV leur interdit de résider dans leur gouvernement sans sa permission. Ce sont les intendants qui ont alors la réalité du pouvoir dans le royaume ainsi que la confiance du roi, et ce sont eux qui sont l'objet de l'hostilité des parlements. Au xviiie siècle, néanmoins, les parlements s'attaqueront aux gouverneurs et lieutenants généraux, comme en témoigne l'affaire de Bretagne.

—  Solange MARIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOUVERNEUR, Ancien Régime  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Moyens de gouvernement : clientèles, gouverneurs, intendants »  : […] L'incapacité, ou la difficulté, d'abstraire – obstacle majeur à toute conception rationnelle de l'administration – rend indispensable le recours à l'utilisation des liens humains. C'est aussi une évidente survie de l'esprit féodal, au sens le plus rigoureux du terme. Ainsi se constituent, se font et se défont les clientèles. Elles ne s'affaiblissent guère qu'au xviii e  siècle. Louis XIII, puis Lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/#i_3214

Pour citer l’article

Solange MARIN, « GOUVERNEUR, Ancien Régime », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouverneur-ancien-regime/