GONZALO DE BERCEO (1198 env.-apr. 1264)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre auteur du xiiie siècle, Gonzalo de Berceo est le premier poète espagnol dont on connaisse le nom. Ce que nous savons de lui, tout en étant fort réduit, dépasse largement nos connaissances sur d'autres auteurs contemporains et même postérieurs : il était prêtre séculier (et non moine, comme on l'affirme trop fréquemment), attaché au monastère de San Millán de la Cogolla à la Rioja. Depuis la fin du xviie siècle, on a en effet connaissance de documents portant sa signature, datés de 1228 à 1242 et qui attestent sa qualité : Berceo signe avec les religieux, et non avec les moines. D'autre part, Berceo indique dans ses poèmes le lieu de sa naissance : le petit village de Berceo, qui deviendra son nom patronymique ; il ne le fait pas par vanitas terrestris, mais afin que ses lecteurs puissent se souvenir de lui dans leurs prières.

Toute son œuvre appartient au mouvement connu sous le nom de mester de clerecía (« métier propre aux clercs », par opposition aux formes favorites des jongleurs). Son vers est l'alexandrin accouplé en strophes de quatre vers monorimes qu'on appelle cuaderna vía ; seul, le chant des veilleurs qui gardent le tombeau du Christ est composé de distiques plus courts, avec refrain. L'œuvre de Berceo appartient à trois catégories différentes de la poésie religieuse : vies de saints (celles de saint Émilien, de saint Dominique de Silos, de sainte Oria — Aurea — et de saint Laurent, cette dernière restée incomplète dans les manuscrits), ouvrages exégétiques (Le Sacrifice de la messe ; Des signes qui annonceront le Jugement dernier), et œuvres consacrées à Notre-Dame (Duelo, sur ses plaintes auprès de la Croix ; Loores, consacrés à sa louange ; Milagros, qui réunissent vingt-cinq récits sur son intervention miraculeuse). On doit y ajouter, bien qu'on ait prétendu qu'elle n'était pas de lui, la traduction de trois hymnes du Bréviaire (Veni Creator, Ave Maris Stella, Tu Christe) ; d'autres érudits affirment qu'on doit encore lui attribuer quelque composition latine.

Berceo semble avoir été assez connu de son temps, et d'autres poèmes du mester de cl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, universités de Buenos Aires et de Paris-Sorbonne, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  GONZALO DE BERCEO (1198 env.-apr. 1264)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Premiers monuments »  : […] On laissera de côté les diverses manifestations culturelles qui marquent l'avance des royaumes chrétiens à partir des Pyrénées cantabriques ainsi que celles des Arabes et des Juifs pour saluer les premiers monuments de la langue castillane et d'abord, parmi les œuvres épiques, le Poème du Cid (milieu du xii e  siècle), contant les pérégrinations de ce chef de bande, tout à tour allié d'autorités c […] Lire la suite

MESTER DE CLERECÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 357 mots

L'expression « métier de clergie ou de clers » apparaît pour la première fois dans le Libro de Alexandre ( xiii e s.) qui l'oppose au mester de juglaría . Elle désigne d'abord les poèmes écrits par les clercs des monastères de Castille, au xiii e siècle, dans la forme métrique dite cuaderna vía . Il s'agit d'une strophe de quatre vers de quatorze syllabes monorimes. La cuaderna vía , ou verso […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel DEVOTO, « GONZALO DE BERCEO (1198 env.-apr. 1264) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gonzalo-de-berceo/