MESTER DE CLERECÍA, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « métier de clergie ou de clers » apparaît pour la première fois dans le Libro de Alexandre (xiiie s.) qui l'oppose au mester de juglaría. Elle désigne d'abord les poèmes écrits par les clercs des monastères de Castille, au xiiie siècle, dans la forme métrique dite cuaderna vía. Il s'agit d'une strophe de quatre vers de quatorze syllabes monorimes. La cuaderna vía, ou verso alejandrino, provient sans doute la poésie latine du Moyen Âge, ou de la poésie française et provençale du xiie siècle. Les poèmes des clercs se récitaient publiquement, à l'instar des poèmes des jongleurs. En revanche les thèmes en sont antiques, bibliques, hagiographiques ou classiques. Mais la langue mêle souvent des tournures populaires aux expressions latines. Les poèmes de Gonzalo de Berceo (1195 ?-1264 ?) sont les plus anciennes et les plus remarquables manifestations du mester de clerecía (Vida de Santo Domingo de Silos, de San Millán de la Cogolla, de Santa Oria ; Milagros de Nuestra Señora...). À la même époque le Poema de Fernán González, le Libro de Apolonio et le Libro de Alexandre sont de la même école, ainsi qu'un fragment de la Historia troyana. Au xive siècle le Libro de Buen amor de l'archiprêtre de Hita présente de nombreuses irrégularités métriques. L'école est illustrée encore par la Vida de San Ildefonso, le Poema de Yuçuf, les Proverbios de Salomón et le Libro de miseria de omne ; mais à la fin du xive siècle le mester de clerecía est en déclin. Le dernier grand auteur qui l'illustre est le chancelier Pero López de Ayala (1332-1407) ; son Rimado de Palacio est un long poème de plus de huit mille vers, où la cuaderna vía et les versos alejandrinos alternent avec des formes métriques irrégulières ou des compositions lyriques utilisant diverses modalités de zéjel. À la fin de sa vie, le chancelier López de Ayala qualifiait déjà ses poèmes de versetes de antiguo rimar.

—  Bernard SESÉ

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « MESTER DE CLERECÍA, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mester-de-clerecia-litterature/