GO-TOBA-TENNŌ (1179-1239) empereur du Japon (1184-1198)

Empereur du Japon, né le 6 août 1180 à Kyōto, mort le 28 mars 1239 dans la province d'Oki.

En septembre 1183, Takahira est porté sur le trône sous le nom de règne Go-Toba-tennō (tenn̄o signifie empereur), par le clan des Minamoto, qui a affirmé sa suprématie militaire sur la majeure partie du pays.

Go-Toba règne quatorze ans et cinq mois avant d'abdiquer en faveur de son fils Tsuchimikado (1195-1231, règne 1198-1210) en février 1198, afin d'établir un gouvernement de cloître (insei) qui lui permette de contrôler la cour impériale. L'année suivante, Minamoto no Yoritomo, le chef des Minamoto, que l'empereur a fait shōgun (généralissime), meurt. Les membres de la famille H̄oj̄o ne tardent pas à s'octroyer le titre de régents héréditaires du shogunat (shikken), usurpant ainsi de facto le pouvoir du sh̄ogun.

Go-Toba profite de la période conflictuelle qui s'ensuit pour édifier sa propre structure de pouvoir, dotée d'une armée relativement considérable. En 1219, lorsque s'éteint le dernier dynaste Minamoto, H̄oj̄o no Yoshitoki (1163-1224) conforte son statut de régent. Convaincu que le régime des H̄oj̄o focalise un mécontentement suffisamment important pour garantir l'issue d'un éventuel affrontement, Go-Toba accuse Yoshitoki de rébellion en 1221, tout en exhortant les clans de guerriers de tout le pays à se ranger sous sa bannière. Il faut aux H̄oj̄o moins d'un mois pour mater le soulèvement. Go-Toba et ses deux fils sont exilés. Quant aux H̄oj̄o, ils renforcent encore leur influence militaire et économique sur la cour. Cet épisode, dit des troubles de J̄okȳu (J̄okȳu no ran), doit son nom au fait qu'il s'est déroulé entre 1219 et 1221, pendant l'ère J̄okȳu. Au final, les efforts déployés par Go-Toba pour rétablir l'autorité de la maison impériale auront abouti à un total assujettissement à la cour.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • SHIN-KOKIN-SHŪ (1205)

    • Écrit par René SIEFFERT
    • 460 mots

    Huitième des anthologies japonaises officielles, le Nouveau Recueil[de waka] de jadis et naguère (Shin-kokin[waka]shū, ou Shin-kokin-shū) fut composé sur l'ordre de l'ex-empereur Go-Toba, qui avait en 1201 rétabli le Bureau de la poésie du palais, et qui révisa lui-même le texte du recueil,...

Voir aussi