ROCHA GLAÚBER (1939-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 14 mars 1939 à Vitória da Conquista, au Brésil, dans l'État de Bahia (le Nordeste), Glaúber Rocha découvre à vingt ans le cinéma européen, au moment de l'émergence de la nouvelle vague, et devient assistant stagiaire sur le film Rio Zona Norte du plus grand cinéaste brésilien, Nélson Pereira dos Santos, influencé par le néo-réalisme.

Avec le succès mondial des films de la nouvelle vague et de la désinvolture formelle qu'ils inaugurent, le cinema nôvo, dont le groupe se forme à l'image de celui de la nouvelle vague, avec les réalisateurs Carlos Diegues, Leon Hirszman, David Neves, Paulo Cesar Saraceni, Gustavo Dahl..., opte pour un cinéma libre, dans ses formes comme dans son contenu. Le cinema nôvo, à l'inverse des cinémas mexicain et argentin, à la fois trop nationalistes et trop soumis formellement, selon Glaúber Rocha, au grand cinéma classique ou baroque, européen et américain, sera « tricontinental » et irrespectueux.

En 1962, Glaúber Rocha tourne son premier long-métrage, Barravento, mélodrame tourné à Bahia avec un très petit budget, dans un style déjà violent et lyrique. Mais c'est deux ans plus tard, avec Deuse e o Diablo na terra do sol (Le Dieu noir et le Diable blond), que lui vient la consécration internationale. Il a inventé un style, il a créé un nouveau cinéma, aussi brûlant, aussi singulier que celui de Godard, en utilisant comme lui, dans son espace propre, des morceaux de l'ancien. La figure typique du cangaceiro, aventurier du Nordeste brésilien, est reprise ici non seulement dans une mise en scène épique, celle d'un western national, mais sous une forme allégorique qui se souvient d'Eisenstein et se veut politique. Le film suivant du cinéaste, Terra em transe (Terre en transe), présenté à Cannes en 1967 au moment du coup d'État de la junte militaire, est le récit chaotique de ce tournant politique, qui ne prendra sa forme tragique qu'en 1968 (arrestations, disparitions, tortures, exil ou silence des intellectuels, y compris des cinéastes). Des per [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROCHA GLAÚBER (1939-1981)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] La première génération du cinéma était née en même temps que le cinéma : un peu avant 1900. Il fallut attendre les années 1960 pour qu'elle cède le pas à la seconde génération, née, elle, en même temps que le cinéma parlant. Ce qui surprend, c'est que ce renouvellement s'est produit dans tous les pays à la fois. Et souvent avec plus d'efficacité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17452

Pour citer l’article

Pascal BONITZER, « ROCHA GLAÚBER - (1939-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glauber-rocha/