ALBERONI GIULIO (1664-1752)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un jardinier italien, Giulio Alberoni fut instruit par charité chez les Barnabites de Plaisance et débuta dans la carrière des armes en France et en Italie, avant d'arriver en Espagne où la princesse des Ursins fit sa fortune. Il servit d'abord le comte de Barmi, futur archevêque de Plasencia (en Espagne), qui le fit ordonner prêtre en 1690. On le trouve ensuite à Rome et à Parme, où il devient le familier de Vendôme, et il est présenté à Louis XIV. Nommé ambassadeur de la Cour de Parme à Madrid, il va alors jouer un rôle de premier plan dans la vie politique espagnole. Il est l'artisan du mariage d'Élisabeth Farnèse, nièce du duc de Parme, et de Philippe V. Il fait éloigner son ancienne protectrice, la célèbre princesse des Ursins, qui voulait elle aussi se faire une place de conseillère auprès de la reine. Toujours ambassadeur, il est de plus en plus le maître des grandes décisions espagnoles. Devenu ministre et cardinal, il cherche à réaliser un programme politique pour relever le pays de la décadence où l'a plongé le traité d'Utrecht. Ses efforts pour s'unir à l'Angleterre et à la Hollande échouent et, en 1717, l'alliance entre la France, la Hollande et l'Angleterre est signée à La Haye. Le cardinal Alberoni est alors obligé d'entreprendre une politique d'agression contre la Sardaigne et la Sicile. La flotte espagnole est vaincue en 1718 et la Péninsule est même envahie au nord. Les puissances ennemies alliées, qui bénéficient alors du soutien de l'Autriche, exigent la démission du cardinal pour signer la paix en 1719. Philippe V, cédant aux pressions extérieures et à celle de sa femme, lui ordonne de quitter le pays dans un délai de huit jours. En 1732, le futur Charles III l'autorise à revenir à Parme où il fonde un séminaire. Il termine sa vie au service de la papauté.

—  Charles LESELBAUM

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALBERONI GIULIO (1664-1752)  » est également traité dans :

CELLAMARE ANTONIO DEL GIUDICE prince de (1657-1733)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 462 mots

La « conspiration de Cellamare » est un épisode de la crise ouverte à l'intérieur et à l'extérieur par la mort de Louis XIV (1715). Le roi laisse comme héritier son arrière-petit-fils, âgé de cinq ans, et il a organisé, avant sa mort, la régence. Elle est confiée en titre à son neveu Philippe, duc d'Orléans, dont les pouvoirs sont strictement limités au profit du duc du Maine, fils légitimé de Lou […] Lire la suite

PHILIPPE V (1683-1746) roi d'Espagne (1700-1746)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 031 mots

Duc d'Anjou, second fils du Grand Dauphin Louis et de Marie-Christine de Bavière, petit-fils de Louis XIV, le futur Philippe V d'Espagne naît à Versailles. Le roi de France brigue une couronne pour ce prince d'un naturel effacé ; l'occasion lui en est fournie par la mort sans héritier du dernier Habsbourg d'Espagne, Charles II. Le testament du souverain défunt désigne comme son successeur le duc d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles LESELBAUM, « ALBERONI GIULIO - (1664-1752) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giulio-alberoni/