PERROS GEORGES (1923-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tradition classique des moralistes (La Rochefoucauld et La Bruyère au xviie siècle, Vauvenargues, Chamfort et Rivarol au xviiie, Joubert au xixe) s'est-elle maintenue comme telle, et est-elle restée significative de l'esprit français au xxe siècle ? Genre difficile, la morale fixée en formules demande des qualités qu'auront offertes, à des titres divers, Jean Rostand (De la vanité), Cioran (Syllogismes de l'amertume), et Perros dans ses trois recueils de Papiers collés (1960, 1973, 1978). Georges Poulot, dit Perros, est mort d'un cancer au larynx, et l'approche de sa fin, il l'a relatée dans son ultime ouvrage, vraie dénonciation du pire inhumain, L'Ardoise magique (1978).

Né à Paris, il s'intéresse d'abord au théâtre (comme acteur, et aussi comme traducteur de Tchekhov et de Strindberg), puis il y renonce pour se livrer à la littérature même : lecteur d'une maison d'édition, il réside à Douarnenez auprès de sa femme et de ses enfants, se donnant de l'air sur sa célèbre motocyclette, fréquentant quelques amis parisiens (Pierre Klossowski, Michel Butor, Georges Lambrichs), obsédé par l'angoisse de vivre qu'il avait reprise à son compte, comme si ses contemporains, eux, feignaient vainement de l'ignorer.

Les Papiers collés furent d'abord des notes prises au hasard, des réflexions sur des bouts de papier ou des boîtes d'allumettes. Elles furent recueillies par la suite en même temps que des remarques ou des études concernant ses auteurs favoris et témoignant de l'interrogation centrale : comment être, comment est-il possible d'être, sans rire, sans crier, sans s'étonner quotidiennement ? Kierkegaard, Constant, Kafka, Rimbaud, Mallarmé, Hölderlin sèment le parcours de la maturité qui s'affirme surtout en notes concernant le temps, autrui, la mort, l'amour, le mariage, l'amitié, la poésie : hantises perpétuelles de l'homme réduit à son sac de peau, selon l'expression de l'auteur. Humour, générosité, consternation, misère forment les composantes de la tonalité perrosienne. Aphorismes, boutades, longues laisses de perplexité, a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PERROS GEORGES (1923-1978)  » est également traité dans :

ŒUVRES (G. Perros) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 001 mots

« Faiseur de notes invétéré », poète lyrique et ironiste, auteur d’une riche correspondance, Georges Léon Poulot, connu sous le pseudonyme de Georges Perros (1923-1978), vécut en éternel intermittent du « spectacle », « contrebandier » des frontières entre lecture et écriture, homme de conversation distante, toujours en marge des mondes qu’il fréquent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres/#i_80358

Pour citer l’article

Jude STÉFAN, « PERROS GEORGES - (1923-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-perros/