MÉLIÈS GEORGES (1861-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Georges Méliès, illusionniste du cinéma

Georges Méliès, illusionniste du cinéma
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Georges Méliès

Georges Méliès
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Voyage dans la Lune, G. Méliès

Le Voyage dans la Lune, G. Méliès
Crédits : Courtesy of the Museum of Modern Art/ Film Stills Archive, New York City

photographie


Le cinématographe, tel que le concevait Louis Lumière, était d'abord une curiosité scientifique, un instrument de laboratoire, une sorte de jouet perfectionné, quelque peu magique, certes, mais ne pouvant guère dépasser le stade expérimental. De la photographie en mouvement, ni plus ni moins. De l'art, peut-être, mais non du spectacle, qui suppose une complicité avec le public, un rituel, qui implique le truquage et l'illusion, fondements de toute représentation. Il fallait, pour passer de l'un à l'autre, non plus un homme de science mais un prestidigitateur, un magicien, ayant l'expérience et le génie des planches : ce fut Méliès.

Georges Méliès, illusionniste du cinéma

Georges Méliès, illusionniste du cinéma

Photographie

Le Français Georges Méliès (1861-1938), le roi de l'illusion, dans un film où il transforme une belle endormie en papillon (1901). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Contemporain des frères Lumière, Georges Méliès part du principe que ce miroir de la réalité qu'était alors le cinéma (« la nature prise sur le vif », disaient avec orgueil ses inventeurs) devait devenir un tremplin de l'illusion. Les opérateurs Lumière parcouraient le monde à la recherche d'images lointaines : lui s'enferme dans son studio de Montreuil, spécialement édifié pour la circonstance, dispose devant la caméra des décors de toile peinte, s'en va à la quête de l'artificiel, du saugrenu, de l'insolite. Chez Lumière, la véracité des images fait oublier que l'on est au spectacle. Méliès, lui, annonce franchement la couleur : un rideau s'ouvre, la féerie va commencer avec le voyage imaginaire, thème favori du cinéaste. Pour pallier en effet ce déficit de réalité, transcender la médiocrité du paysage et du matériau, il suffit d'avoir recours au simulacre d'un déplacement incessant, de transformations à vue, de bonds prodigieux suggérés à l'imagination. Entre 1896 et 1914, Méliès réalise ainsi une centaine de films, d'une fraîcheur et d'une poésie inégalées (Le Voyage dans la Lune, 1902 ; Le Royaume des fées, 1903 ; Les Quatre Cents Farces du diable, 1906 ; La Conquête du pôle, 1912), tout en inventant, à lui seul, la technique de l'exploitation commerciale, l'organisation corporative, la prise de vues en studio, les truquages (dont quelques-uns pratiqués aujourd'hui encore), le montage, l [...]

Georges Méliès

Georges Méliès

Photographie

Le plateau du cinéaste français Georges Méliès lors du tournage d'un film féerique en 1902. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le Voyage dans la Lune, G. Méliès

Le Voyage dans la Lune, G. Méliès

Photographie

Le Voyage dans la Lune (1902), de Georges Méliès (1861-1938). 

Crédits : Courtesy of the Museum of Modern Art/ Film Stills Archive, New York City

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  MÉLIÈS GEORGES (1861-1938)  » est également traité dans :

ALLEN WOODY (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 581 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La traversée des apparences »  : […] Woody Allen s’inscrit dans la lignée de Méliès plutôt que dans celle de Lumière. Dans nombre de films, il part d’une base authentique minimale, parfois simplement sa vie sexuelle et sentimentale du moment, mais pour tisser un cocon protecteur. C’est la fonction du décor, des appartements cosy de Manhattan, des lumières douces, des teintes chaudes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/woody-allen/#i_15186

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le spectacle et le récit »  : […] Parallèlement, Georges Méliès poursuit par d'autres voies son métier d'illusionniste . Il se sert du même appareil pour saper les vérités irréfutables établies par Lumière. Les personnages apparaissent, disparaissent, se substituent les uns aux autres, voyagent « à travers l'impossible ». L'« automaboulof », dans ce film tourné en 1904, emporte ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_15186

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 482 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Trucages, effets spéciaux »  : […] C'est Georges Méliès qui inventa le premier trucage . Et comme cela arrive souvent, ce fut par hasard : « Veut-on savoir comment me vint la première idée d'appliquer le truc au cinématographe ? Bien simplement, ma foi. Un blocage de l'appareil dont je me servais au début (appareil rudimentaire dans lequel la pellicule se déchirait ou s'accrochait s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-techniques-du-cinema/#i_15186

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 9 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'invention d'une norme »  : […] La naissance du cinéma d'avant-garde pose un problème théorique dont les historiens ne se sont pas toujours soucié. Pour qu'un cinéma différent de la norme apparaisse, encore faut-il que cette dernière soit constituée. C'est une erreur de prétendre, par exemple, que Méliès, qui usait et abusait d'un certain nombre de « trucs » (surimpressions, arr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/#i_15186

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 663 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Origine du montage »  : […] Le montage n'a pas toujours existé, et la profession de monteur n'est apparue aux États-Unis que vers 1913, et en France vers 1917. À l'origine, le cinéma ignore en effet le montage, si l'on entend par là la simple opération technique et manuelle qui consiste à coller bout à bout deux prises de vues. Le Cinématographe Lumière ne pouvait enregistre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-montage/#i_15186

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Georges Méliès, le « magicien de Montreuil » »  : […] Georges Méliès (1861-1938), le premier, fit d'un simple procédé de reproduction tel que le concevait Louis Lumière un véritable moyen d'expression. Il est le créateur du spectacle cinématographique. L'univers magique et enchanté de Méliès , ce sont ces courtes bandes auxquelles la candeur poétique alliée à la merveilleuse richesse d'invention conf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_15186

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 179 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le temps du muet »  : […] Les frères Lumière présentent leur machine en France et dans le monde entier. Pour alimenter ces projections, ils forment et envoient sur les cinq continents des opérateurs qui ramènent à Lyon les vues qu'ils ont réalisées et montrées au fil de leurs périples. Le nom de Lumière est, à juste titre, attaché à un cinéma qui sera plus tard qualifié de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_15186

IMAGE ANIMÉE

  • Écrit par 
  • Laurent MANNONI
  •  • 4 403 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Capter le mouvement : Étienne-Jules Marey »  : […] Marey utilise en 1882 une première caméra à disque obturateur qui enregistre une série de vues séquentielles sur une seule plaque de verre sensible. Avec sa nouvelle méthode, la chronophotographie –  l’écriture du temps par la lumière  – , Marey devient la personnalité la plus avant-gardiste, au point de vue technique, scientifique et artistique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/image-animee/#i_15186

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] Les grands acteurs de théâtre furent entourés d'un rituel spécifique dès l'époque préromantique et romantique. C'est là que fait son apparition la vedette, c'est-à-dire l' acteur placé comme « en sentinelle » (le mot est d'origine militaire) pour recueillir le maximum d'applaudissements. Au même moment, la principale danseuse d'un ballet reçoit, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_15186

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « MÉLIÈS GEORGES - (1861-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-melies/