LAVAU GEORGES (1918-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reçu major au concours d'agrégation de droit public en 1948 Georges Lavau est nommé professeur à Grenoble, où il enseignera jusqu'en 1962. C'est dans cette université, cette ville que se forgent ses choix intellectuels et politiques.

Très vite, en effet, il dénonce les insuffisances des études juridiques dès qu'elles sortent de la pure technique. Elles ne sont pas en mesure « d'expliquer la vie politique, sociale et même juridique. Elles sont incapables d'échapper au formalisme et à l'idéalisme ». Cette proclamation en forme de manifeste d'adhésion à une discipline balbutiante en France, la science politique, trouve son expression dans son premier ouvrage, Partis politiques et réalités sociales (1952), qui comprend un sous-titre programme : « Contribution à une étude réaliste des partis politiques ». Le « réel » apparaît deux fois dans le titre et traduit la volonté de Lavau d'analyser les partis dans leur dimension sociale et pas seulement en tant qu'organisations (comme le faisait dans son étude des « Partis politiques » Maurice Duverger avec lequel il polémique vigoureusement).

Après cette étude fondatrice, Georges Lavau consacre une grande partie de ses recherches aux partis, groupes, syndicats et clubs, et en particulier au Parti communiste français. S'il est intrigué et passionné par ce parti pas comme les autres dont l'organisation puissante et stalinienne se veut au service d'une entreprise révolutionnaire, il n'est jamais subjugué ou fasciné. L'objet « Parti communiste » doit être analysé au même titre que tout autre objet scientifique, et c'est à ce titre qu'il proclame la nécessité « d'un cadre théorique pour l'étude du Parti communiste français ». Cette volonté d'analyse sans concession l'amène à souligner les capacités d'intégration par le P.C.F. d'une classe ouvrière dont il est le porte-parole privilégié, pour ne pas dire exclusif. Il dégage ainsi, à propos du P.C.F., le concept de « fonction tribunitienne », c'est-à-dire, par référence au tribun de la plèbe de la Rome ancienne, une fonction de protesta [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de science politique, directeur du centre Robert-Schuman, Institut universitaire européen de Florence

Classification


Autres références

«  LAVAU GEORGES (1918-1990)  » est également traité dans :

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Une sociologie constructiviste et relationnelle »  : […] La sociologie constructiviste prend au sérieux une chose simple et pourtant controversée : dans les partis comme dans tous les autres espaces sociaux à étudier, on ne peut concevoir, selon les termes de Pierre Bourdieu, l'agent social sans son champ ou, selon ceux de Michel Crozier, l'acteur sans son système. Pour répondre à la question « pourquoi et comment les agents font ce qu'ils font », il f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/#i_98263

Pour citer l’article

Yves MÉNY, « LAVAU GEORGES - (1918-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lavau/