GEORGE II (1683-1760) roi de Grande-Bretagne (1727-1760)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de George Ier, le futur George II épouse en 1705 la vive et intelligente princesse Caroline d'Ansbach qui exercera sur lui une influence bénéfique. Brouillé avec son père à qui il ressemblait par la lourdeur germanique — il parlait d'ailleurs anglais avec un fort accent allemand —, il monte sur le trône d'Angleterre en 1727. La reine le persuade de conserver Walpole. Elle réussira, à force d'adresse et de diplomatie, à faire entériner les décisions du Premier ministre par son royal époux. David Hume dans son Histoire d'Angleterre a laissé ce portrait de George II : « Il était d'une petite taille, mais bien prise, et il se tenait très droit ; ses yeux sortaient de sa tête d'une manière remarquable ; il avait le nez aquilin et un beau teint. D'un caractère vif, il était très irascible, surtout dans sa jeunesse, mais il s'apaisait bientôt, et redevenait doux, calme et humain. Son attention scrupuleuse à observer une manière de vivre modérée, régulière et méthodique dans toutes ses parties, descendait jusqu'à des objets indignes peut-être d'occuper un grand roi. » Walpole continue de gouverner, en distribuant des pots de vin, pour la plus grande prospérité du royaume. « Madame, pouvait-il dire en 1734 à la reine Caroline, il y a eu cinquante mille hommes tués cette année en Europe, et pas un seul Anglais. » Mais le splendide essor commercial et technique du royaume ne peut calmer la soif de gloire de l'opinion publique. L'opposition dirigée par le prince de Galles Frédéric-Louis s'indigne des difficultés que rencontre l'Angleterre dans son commerce avec les Indes occidentales et Walpole est contraint de déclarer la guerre à l'Espagne en 1739. Les difficultés de la campagne et l'hostilité des Communes le forcent bientôt à démissionner. L'ère du pacifisme whig est close. En mai 1744, la guerre éclate entre la France et l'Angleterre. Le mois suivant, le prétendant Charles-Édouard, petit-fils de Jacques II, débarque en Écosse. Au début, la fortune ne sourit guère à George II : les Écossais s'avancent jusqu'à Derby, les Français sont victorieux à Fontenoy (1745). Mais, en avril 1746, Charles-Édouard est écrasé à Culloden et la paix d'Aix-la-Chapelle (1748) met temporairement fin à la guerre franco-anglaise sans extirper les germes du conflit colonial qui s'envenime tout particulièrement aux Indes et au Canada. En mai 1756, la guerre éclate à nouveau. L'Angleterre essuie toute une série de revers en Europe, aux Indes et en Amérique. Malgré l'antipathie du roi, le bouillant William Pitt se hisse au gouvernement avec l'appui de l'opinion publique (1757). Concentrant entre ses mains tous les pouvoirs, il renverse la situation. Sous son impulsion despotique, le général James Wolfe enlève Québec, le général Robert Clive s'empare des Indes, la Prusse triomphe à Rossbach, la flotte française est vaincue, Belle-Île occupée. L'Angleterre, sauvée, renforce son hégémonie maritime et coloniale. La popularité de Pitt rejaillit sur le monarque, qui meurt entouré du respect et de l'affection de son peuple. Le règne de George II constitue une période charnière dans l'histoire de la nation anglaise : la société de mœurs très libres reste telle que l'a dépeinte Henry Fielding dans Tom Jones, mais ses abus les plus criants font l'objet de dénonciations virulentes par le pamphlet et la satire (Jonathan Swift), la gravure et la caricature morale (William Hogarth), les prêches en plein air (John Wesley). La confiance en l'homme exprimée dans le Robinson Crusoe de Daniel Defoe et le succès des idées libérales de John Locke (mort en 1704) laissent présager l'évolution démocratique du royaume.

Le premier Pitt

Photographie : Le premier Pitt

Le secrétaire d'État britannique William Pitt (1708-1778), dit le premier Pitt, et le général James Wolfe (1727-1759), commandant en second des forces britanniques en Amérique, en 1755. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien, docteur en droit, docteur honoris causa de la National University of Ireland et de l'université d'Ulster (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  GEORGE II (1683-1760) roi de Grande-Bretagne (1727-1760)  » est également traité dans :

PITT LES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 2 994 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le premier Pitt (1708-1778) »  : […] D'une famille de gentlemen, fils et petit-fils d'un député d'Old Sarum, qui constitua au xviii e siècle l'exemple typique du «  bourg pourri », lui-même poussé dans la même position grâce à ses liens familiaux, il apparaît sur la scène politique à partir de 1736 ; il se pose rapidement en adversaire du Premier ministre Walpole, émule du cardinal Fleury et, comme son égal français, trop épris de p […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Le régime politique »  : […] Le régime politique demeure relativement stable de 1714, date de l'avènement des Hanovre en vertu de l'Acte d'établissement de 1701, à cette victoire relative du courant « radical ». Entre-temps, les évolutions ont été « silencieuses », bien que souvent importantes. George I er et, à partir de 1727, George II ont vu leur légitimité contestée à l'occasion des deux grands soulèvements jacobites en […] Lire la suite

WALPOLE ROBERT, 1er comte d'Orford (1676-1745)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 330 mots

Issu de la gentry du Norfolk, député aux Communes en 1702, Robert Walpole est pendant toute sa vie politique demeuré fidèle au « parti » whig. Plusieurs fois ministre avant 1717, il domine la vie politique anglaise à partir de 1721 et jusqu'en 1742. Ses opinions le favorisent à une époque où la jeune dynastie de Hanovre craint le jacobitisme et se méfie des tories. Il bénéficie d'amitiés précieuse […] Lire la suite

Les derniers événements

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

II de la ville de Bruxelles. Cette initiative fait suite au mouvement de lutte contre la discrimination raciale qui se développe aux États-Unis après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par un policier blanc en mai. Léopold II est jugé responsable de la mort de millions de Congolais au xixe siècle, quand le Congo était sa propriété personnelle […] Lire la suite

3-29 juin 2003 Israël – Autorité palestinienne. Conclusion d'un accord de sécurité

George W. Bush obtient un soutien réservé de cinq dirigeants arabes – le président égyptien Hosni Moubarak, le roi Abdallah II de Jordanie, le prince Abdallah d'Arabie Saoudite, l'émir du Bahreïn Hamad ben Issa al-Khalifa et le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas – à la « feuille de route » publiée en avril par le « quartet » – États-Unis, Union […] Lire la suite

5-28 février 2003 Irak. Pression des États-Unis en faveur de la guerre et résistance de la France

George W. Bush déclare dans un entretien à la presse, en parlant de Saddam Hussein: « Nous allons le désarmer maintenant. »  […] Lire la suite

10-30 janvier 2003 Irak – O.N.U. Poursuite des inspections et préparation d'une intervention américaine

II de Jordanie, le président égyptien Hosni Moubarak, le prince héritier saoudien Abdallah Ben Abdel Aziz, le Premier ministre de Malaisie Mohammad Mahathir et le Premier ministre de Turquie Abdullah Gül énoncent, chacun de son côté, des mises en garde contre les conséquences d'une guerre en Irak. Le 13, le président de l'Agence internationale de l'énergie […] Lire la suite

23-28 mai 2002 États-Unis – Russie. Signature d'un traité de désarmement et création du Conseil O.T.A.N.-Russie

George W. Bush et son homologue russe Vladimir Poutine signent un traité de désarmement destiné à « mettre fin à la guerre froide ». Plus ambitieux que les traités S.T.A.R.T.-I et S.T.A.R.T.-II signés respectivement en juillet 1991 et janvier 1993. l'accord prévoit la réduction des deux tiers, en dix ans, des quelque 6 000 têtes nucléaires stratégiques […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre JOANNON, « GEORGE II (1683-1760) - roi de Grande-Bretagne (1727-1760) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-ii/