SMOOT GEORGE FITZGERALD (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Astrophysicien américain, prix Nobel de physique en 2006, George Fitzgerald Smoot III, est né le 20 février 1945 à Yukon en Floride. Fils aîné d’un employé fédéral spécialiste d’hydrologie et d’une enseignante, il passe sa jeunesse dans différents États avant d’entrer au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) où il commence des études de médecine mais se réoriente rapidement vers les mathématiques et la physique. Il soutient sa thèse en physique des particules sous la direction de David Frisch en 1970. Le sujet en est la mesure expérimentale au laboratoire national de Brookhaven, près de New York, des désintégrations faibles de mésons K neutres, produits par collision d’un faisceau de mésons K chargés sur une cible de platine. Après sa thèse, il rejoint l’équipe de Luis Alvarez (Prix Nobel de physique 1968) au laboratoire d’études spatiales de l’université de Berkeley en Californie et oriente ses recherches vers l’astrophysique et la cosmologie. En 1994, il est nommé professeur dans cette même université.

Pendant ses premières années à Berkeley, Smoot équipe de détecteurs des ballons destinés à mesurer les traces d’antimatière dans la haute atmosphère. Les résultats négatifs permettent d’éliminer certaines théories cosmologiques. En 1976-1977, à l’aide d’un radiomètre différentiel monté sur un avion espion U2, il montre que le rayonnement micro-onde fossile découvert onze ans plus tôt par Arno Penzias et Robert Wilson présente un effet dipolaire indiquant que la Voie lactée se déplace à une vitesse de l’ordre du million de kilomètres par heure par rapport au reste de l’Univers. La mise au point de la mission Cobe (Cosmic Background Explorer, explorateur du fonds cosmique) lancée par la N.A.S.A. le 18 novembre 1989 et l’analyse de ses observations vaut à Smoot de partager le prix Nobel de physique 2006 avec John Mather, le promoteur et coordinateur du projet. Grâce à un radiomètre différentiel extraordinairement précis, Smoot et ses collaborateurs parviennent à distingue [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « SMOOT GEORGE FITZGERALD (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-fitzgerald-smoot/