GAVARNI SULPICE GUILLAUME CHEVALIER dit PAUL (1804-1866)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je vais à la bibliothèque en partant pour le bal de l'Opéra », remarque le dessinateur et le lithographe Sulpice Guillaume Chevalier, dit Gavarni. Cela n'est pas une simple boutade ; la désinvolture de vie que ce mot suppose définit bien le caractère de l'homme et de son œuvre. Ce séduisant romantique est, comme d'autres petits maîtres français, héritiers du xviiie siècle, le témoin pittoresque de son temps et l'inventeur de son image. Comme ces « peintres de la vie moderne » dont parle Baudelaire, et exception faite de Daumier qui occupe une place particulière, Gavarni a un crayon flatteur, élégant et charmant, enlevé sinon facile, qui ne connaît que son plaisir, qui ne prend plaisir qu'à ce qu'il voit. Parisien du Paris des boulevards, il raconte ce qu'il aime, le monde contemporain de la rue, des bals publics, de la vie facile. Mais son art ne se limite pas à cette grâce immédiate, à cette « modernité », même évoquée avec une indéniable élégance de trait.

La précision de ses notations, l'ironie qui s'y exerce, légère ou plus incisive mais toujours rapide, distinguent de tout autre cet observateur d'esprit. Illustrateur et critique, il n'est ni complaisant ni moraliste, répugne au réquisitoire comme au dithyrambe, se prête mal à la violence des sentiments (de ceux qui élevaient pourtant alors des barricades, soulevaient des batailles d'Hernani) ; il pratique l'esprit d'insouciance comme la vertu la plus grave en toute circonstance, ne prête attention qu'à sa fantaisie et au plaisir de la dissipation. Cette nature marqua l'essentiel de sa vie comme de son œuvre, et son succès en dépendit.

Gavarni était commis d'architecte, passionné de mathématiques, lorsque se présenta, en 1830, la chance d'être engagé, grâce au charme des petites scènes de mœurs qu'il aimait à croquer en amateur, au journal La Mode. Ce guide de l'élégance légitimiste l'introduisit immédiatement dans la société parisienne. Tous les salons s'ouvrent à lui, de celui de Balzac à celui de la duchesse d'Abrantès. Limogé à la r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GAVARNI SULPICE GUILLAUME CHEVALIER dit PAUL (1804-1866)  » est également traité dans :

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 336 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « En France »  : […] Dans son sillage, Gavarni créa une œuvre moins expressive mais d'une remarquable unité. Cham avait imité le Suisse Töpffer avant d'adopter lui aussi la manière de Daumier ; ses charges, fort nombreuses, donnèrent une image anecdotique et superficielle des hommes et des événements […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_12003

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Écrivains et critiques d'art »  : […] par des idéaux aussi littéraires que plastiques. La défense assidue de l'œuvre de Gavarni (1804-1866) par les frères Goncourt, qui lui consacrent un ouvrage en 1873, n'est pas étrangère à leur admiration pour Balzac : le dessinateur et l'écrivain semblent être les historiens d'une société dont les auteurs de Germinie Lacerteux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/#i_12003

Pour citer l’article

Bernard PUIG CASTAING, « GAVARNI SULPICE GUILLAUME CHEVALIER dit PAUL - (1804-1866) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gavarni-sulpice-guillaume-chevalier-dit-paul/