BONNIER GASTON (1853-1922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Botaniste français, Gaston Bonnier entre à l'École normale supérieure en 1873, y devient préparateur, maître de conférences, puis directeur du laboratoire de recherches (1886). En 1887, élu à la chaire de botanique à la Sorbonne, il en dirige le laboratoire de recherches, mais, devant l'exiguïté des locaux, il obtient en 1890 la création et la direction du laboratoire de biologie végétale de Fontainebleau, ce qui permet une plus large expérimentation. C'est en effet avant tout le biologiste qui se révèle, en 1879, dans sa thèse pour le doctorat ès sciences (Les Nectaires : étude critique, anatomique et physiologique, 1880). Il s'attache ensuite à des problèmes d'écologie expérimentale : influence des conditions extérieures sur la respiration des plantes (air libre, air dépourvu de germes, air confiné, lumière électrique continue, obscurité, etc.), démonstration de la dualité biologique des lichens, en associant expérimentalement algues et champignons (Recherches sur la synthèse des lichens, 1888). Il étudie les conditions écologiques de la morphogenèse et pour ce faire, il reproduit artificiellement à Fontainebleau des conditions de température et d'ensoleillement qui lui permettent de produire le nanisme chez certaines plantes de basse altitude cependant qu'en sens inverse la culture en basse altitude modifie diverses espèces alpines. Il compare la flore alpine à la flore pyrénéenne, ces deux dernières à la flore arctique, et précise l'influence de la haute altitude sur les fonctions des végétaux. Bonnier a consacré beaucoup de soin à développer l'enseignement de la botanique ; il crée la Revue générale de botanique et publie de nombreux ouvrages d'un ton simple, accessible au public : Flore du nord de la France et de la Belgique (1887), Flore des environs de Paris, Plantes des champs et des bois et La Flore complète de France, Suisse et Belgique. Son Traité de botanique reste un ouvrage de référence.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONNIER GASTON (1853-1922)  » est également traité dans :

LICHENS

  • Écrit par 
  • Henry DES ABBAYES
  •  • 3 577 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La symbiose lichénique »  : […] Les notions introduites par S.  Schwendener appelaient une démonstration expérimentale : analyse au moyen de cultures pures de chacun des symbiotes et ensuite de production d'un nouveau lichen par leur réunion. Ces cultures sur milieu stérile ont contribué à éclairer bien des aspects de la nutrition des symbiotes. La culture des algues-gonidies se fait à partir de cellules prélevées dans le thalle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lichens/#i_1951

NÉO-LAMARCKISME

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 4 249 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Unité et diversité des néo-lamarckismes »  : […] L'hérédité des caractères acquis est un mécanisme nécessaire à toute conception néo-lamarckienne de l'évolution des espèces. Cependant, si on cherche à définir rigoureusement ce qu'est le néo-lamarckisme, il est préférable de ne pas considérer en premier lieu le recours à ce mode d'explication concernant le fonctionnement de l'hérédité. Il est plus éclairant de souligner que, dans la plupart des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-lamarckisme/#i_1951

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « BONNIER GASTON - (1853-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bonnier/