GANT, histoire du costume

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisé depuis toujours comme protection contre le froid, le gant est porteur de symboles. Symbole de déférence, de soumission, de loyauté en particulier. Dès les premiers temps du christianisme, il est d'usage de se déganter devant un supérieur. Exigence que l'on retrouve tout au long des siècles : les juges royaux demeurent mains nues dans l'exercice de leurs fonctions, et on ôte ses gants pour entrer dans les Grandes et Petites Écuries du Roi-Soleil ; aujourd'hui encore, un homme se dégante pour serrer la main d'une femme. C'est en acte de soumission que le gant est offert au roi, au Moyen Âge, par ses villes vassales ; lors des cérémonies rituelles du couronnement en France, l'archevêque, en bénissant et en présentant une paire de gants au souverain, lui assure, par ce geste, possession de son domaine et loyauté de ses sujets. En Angleterre, c'est dans la main gantée du roi que l'archevêque de Cantorbéry place le sceptre, symbole du pouvoir royal. Gage de loyauté encore dans la chevalerie quand jeter son gant signifie défier un adversaire, ce dernier en le relevant signifiant qu'il acceptait le combat.

En Occident, c'est vers le viie siècle que les gants deviennent des accessoires de luxe et donc de mode. Les comptes d'Isabeau de Bavière mentionnent en 1408 des gants « brodés tout autour » (Franklin, 1895), Montaigne ne s'en serait pas plus passé que de sa chemise et Catherine de Médicis les offre en cadeau très apprécié aux dames de la cour ; ils sont alors en soie ou en cuir, si fins qu'ils peuvent être roulés dans une coque de noix, usage qui persistera encore au xixe siècle, en Angleterre surtout, où la noix est pendue ostensiblement à la taille pour bien marquer la faveur royale. Henri III et ses mignons les affectionnent, pour la nuit, imprégnés de musc, ambre gris, civette et benjoin.

Tributaires de la forme des manches, les gants sont courts, souvent parfumés, à petits revers découpés à picadilles avec la mode des manches à crevés du xvie siècle, à large crispin couvert de pierreries, malgré les édits somptuaires, au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GANT, histoire du costume  » est également traité dans :

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 465 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des accessoires qui protègent »  : […] La coutume est de faire figurer la chaussure au rang des accessoires. Pourtant, depuis la nuit des temps, elle joue un rôle de protection et, de plus, révèle l'appartenance sociale. Selon l'Ancien Testament, les Sumériens auraient marché pieds nus, les chaussures n'étant réservées qu'au costume d'apparat du souverain. Pratiques similaires en Égypte : les personnes de haut rang portaient à la main […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-histoire-et-composantes/#i_96795

Pour citer l’article

Annie SAGALOW, « GANT, histoire du costume », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gant-histoire-du-costume/