UNRUH FRITZ VON (1885-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1957, et préfacé par Einstein, que paraît l'un des derniers ouvrages de Fritz von Unruh, un recueil de discours pacifiques intitulé Armés, vous n'êtes guère puissants (Mächtig seid ihr nicht in Waffen). On a reproché à l'auteur l'emploi d'un pathos abusif : l'efficacité du livre en aurait souffert. Pourtant, ce témoignage couronne de manière tout à fait honorable l'œuvre d'Unruh, artiste aux dons certains et divers, puisqu'il était aussi peintre.

Fils d'un général de très vieille noblesse silésienne, il naît à Coblence et partagera l'éducation des enfants impériaux. Au sortir de l'École des cadets à Plön, il entre, comme la tradition familiale l'y incite, dans l'infanterie de la garde, en démissionne pourtant dès 1912 pour se consacrer exclusivement à sa vocation d'écrivain. C'est comme uhlan qu'il prend part à la Première Guerre mondiale, au front et au quartier général. Il rejoint ensuite le mouvement pacifiste et prononce l'éloge funèbre de Walther Rathenau assassiné par les pangermanistes. Sous la pression des événements politiques, il quitte l'Allemagne en 1932 et, après quelque temps passé dans un camp d'internement en France, s'établit en Amérique du Nord, où il demeurera durant la guerre. Il retrouvera plus tard son pays et mourra à Diez-sur-la-Lahn.

Son premier drame, Les Officiers (Offiziere), paraît en 1911. Cette pièce naturaliste en quatre actes relate avec maîtrise les expériences accumulées par Unruh lors de son séjour à l'armée : les officiers gaspillent leur énergie en occupations stériles ; seule, la rébellion des Héréros du Sud-Ouest africain — alors colonie allemande — parvient à les tirer de leur léthargie. Toutefois, sur le front comme ailleurs, les principes d'ordre et de devoir demeurent intangibles : le héros qui cherche à se battre sera confiné dans des tâches administratives loin des lieux d'engagement. La préoccupation essentielle de l'auteur — la recherche d'un homme nouveau — trouve ici sa première incarnation, par l'entremise d'un personnage secondaire, il est vrai.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Lore de CHAMBURE, « UNRUH FRITZ VON - (1885-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-von-unruh/