Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

Le poète et l'action

L'œuvre poétique de Mistral ne se sépare pas de l'action : lui-même a voulu que ses poèmes soient des actes pour la défense de la Provence. Avant même la parution de Mirèio, il avait participé aux congrès d'Arles et d'Aix pour la rénovation de la langue et des lettres d'oc. En 1854, il fonda, à Font-Ségugne, le félibrige avec six autres jeunes poètes (Roumanille, Aubanel, Brunet, Giera, Mathieu et Tavan). Directement ou indirectement, Mistral, toute sa vie, s'occupa du développement du félibrige qui s'étendit rapidement à toutes les provinces d'oc, jadis illustrées par les troubadours.

L'action du poète s'étendit au-delà des limites de l'Occitanie. Il lia des relations étroites avec la Renaissance catalane (cf. catalogne, chap. 3). Il s'efforça de créer une Union latine, avec une attention particulière pour la jeune Roumanie. Il présida avec Egger, Mila y Fontanès, les philologues Paris et Bréal, les Fêtes latines de Montpellier en 1875 où fut couronné le poète national roumain Vasile Alecsandri.

Tout au long de sa vie, Mistral doubla son œuvre de poète d'une œuvre de publiciste. Il écrivit de très nombreuses préfaces aux ouvrages de poètes et prosateurs en langue d'oc. Il fonda, à l'usage du peuple, l'Almanach provençal (Armana Prouvençau, 1855), inspira le journal l'Aîòli. Il créa également le Museon Arlaten destiné à recueillir les reliques attestant l'originalité de l'antique Provence. Pour illustrer sa langue d'une autre façon, il traduisit la Genèsi (1910). Mais surtout, il consacra une grande partie de son temps à l'élaboration du Tresor dòu felibrige (1878), somme des parlers d'oc, qui, à lui seul, eût suffi à remplir la vie d'un chercheur.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire à l'université Paul-Valéry, Montpellier

Classification

Pour citer cet article

Charles CAMPROUX. MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Frédéric Mistral - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Frédéric Mistral

Autres références

  • OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

    • Écrit par , et
    • 7 327 mots
    • 1 média
    ...dignité. Ils désirent tout aussi ardemment connaître une gloire littéraire que seule la consécration parisienne est susceptible de leur apporter. Très vite, Frédéric Mistral (1830-1914), né à Maillane, au pied des Alpilles, s'impose comme le chef de file de cette nouvelle école. Ses origines paysannes et...