MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète et sa pensée

Les disciples de Mistral parlent d'une « doctrine mistralienne ». Le poète n'a jamais voulu condenser en un ouvrage ses idées philosophiques ou politiques. Le recueil des Discours e Dicho (1905) se contente de réunir les principaux textes prononcés en diverses occasions. La richesse même de son inspiration et la souplesse de son génie s'opposaient à une cristallisation idéologique à l'opposé de la vie. Il suffit de constater que des familles d'esprit les plus opposées se sont réclamées de lui. Sans doute Maurras place-t-il la pensée mistralienne à l'origine de sa doctrine. Mais se réclament également de Mistral divers mouvements régionalistes qui n'ont rien à voir avec le maurrassisme, ainsi que diverses doctrines fédéralistes, françaises ou internationales : ainsi la Ligue française régionaliste fondée par C. Brun, l'Union fédéraliste des communautés ethniques européennes, dont le siège est au Danemark.

M. Decremps a salué dans Mistral « le mage de l'Occident » ; Robert Lafont a pu parler de « Mistral ou l'Illusion ». Quelque opinion que l'on ait du poète, de l'homme, de sa pensée, une chose est certaine : à partir d'une inspiration étroitement provençale, de l'amour porté à une terre et à une patrie idéalisée, à des hommes et des femmes incarnant cette terre et cette patrie, à partir d'un attachement au parler populaire dont il a fait le verbe par excellence de ces hommes et de ces femmes, Mistral a créé une poésie de portée universelle dont les traductions dans toutes les langues, du français au japonais, portent témoignage. C'est que, sans doute, comme l'a dit un admirateur italien de Mistral, cette poésie exprime « l'éternelle fraternité dont tous les hommes ont besoin ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Et Mistral vint... »  : […] Les fortes personnalités de Jasmin ou de Gelu sont caractéristiques d'individus rebelles à toute forme d'organisation ou de regroupement : pour eux, l'occitan est avant tout la langue qui leur permet, par le cri ou les larmes, d'exprimer au plus près certains aspects de la vie populaire. C'est donc sans eux, voire même contre eux et leurs semblables, que prennent forme, autour des années 1850, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « MISTRAL FRÉDÉRIC - (1830-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-mistral/