FRÉDÉRIC-AUGUSTE III (1750-1827) électeur de Saxe (1768-1827) puis roi de Saxe sous le nom de FRÉDÉRIC-AUGUSTE Ier (1806-1827)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électeur de Saxe (1768-1827) puis premier roi de Saxe (1806-1827), né le 23 décembre 1750 à Dresde (Saxe), mort le 5 mai 1827 à Dresde. Duc de Varsovie, il fut l'un des alliés les plus fidèles de Napoléon et dut céder une grande partie de son royaume à la Prusse lors du congrès de Vienne.

En 1763, Frédéric-Auguste III succède à son père en tant qu'électeur de Saxe. Il apporte ordre et efficacité à la gestion des finances et de l'administration du pays. Dans le domaine de la politique étrangère, après avoir opté pour la neutralité, il dérive lentement en faveur de la Prusse, dont il prend le parti lors de la controverse sur la question de la succession au trône de Bavière en 1778-1779 (pour empêcher la cession de celle-ci à l'Autriche). Pour le remercier de sa coopération, la Prusse lui accorde de substantielles compensations financières. En 1785, Frédéric-Auguste III rejoint le Fürstenbund, ligue des princes allemands formée par les Prussiens, mais il demeure cependant neutre lors du conflit austro-prussien de 1790. Il refuse l'offre de la couronne polonaise en 1791. L'année suivante, la Saxe rejoint, à contrecœur, la coalition contre la France révolutionnaire mais elle est battue en 1796. Entrant à nouveau dans le conflit aux côtés de la Prusse, en 1806, après la défaite décisive à Iéna, Frédéric-Auguste III signe la paix avec Napoléon qui lui garantit le titre de roi de Saxe sous le nom de Frédéric-Auguste Ier. Un an plus tard, Napoléon lui obtient le grand-duché de Varsovie. Frédéric-Auguste III demeure un allié fidèle de la France, même après le désastre de la campagne de Russie (1812-1813). Il entame sans conviction les négociations avec l'Autriche, qu'il remet en cause après la victoire française à Lützen en mai 1813. Lors de la bataille de Leipzig (octobre 1813), ses troupes attaquent la Prusse et il est fait prisonnier. Lors du congrès de Vienne en 1815, Frédéric-Auguste III perd une grande partie de son territoire au profit de la Prusse, ainsi que le grand-duché de Varsovie, qui revient à la Russie. Il passera le reste de sa vie à tenter de redresser son État amputé.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  FRÉDÉRIC-AUGUSTE III (1750-1827) électeur de Saxe (1768-1827) puis roi de Saxe sous le nom de FRÉDÉRIC-AUGUSTE I er (1806-1827)  » est également traité dans :

SAXE

  • Écrit par 
  • Klaus STOCK
  •  • 2 659 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Saxe électorale (XVe-XVIIe s.) »  : […] Bien que le margraviat de Meissen ait beaucoup souffert des guerres contre les hussites au temps de Frédéric le Querelleur (1381-1428), ces guerres entraînèrent un changement décisif. En 1423, pour remercier Frédéric de l'avoir soutenu contre les hussites, l'empereur l'investit de la dignité électorale en lui inféodant le duché de Saxe-Wittenberg, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saxe/#i_39879

Pour citer l’article

« FRÉDÉRIC-AUGUSTE III (1750-1827) - électeur de Saxe (1768-1827) puis roi de Saxe sous le nom de FRÉDÉRIC-AUGUSTE Ier (1806-1827) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-auguste-iii/