PAPEN FRANZ VON (1879-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Descendant d'une vieille famille patricienne de Werl, Franz von Papen fait l'école des cadets et entre dans un régiment de cavalerie. De 1913 à 1915, il est attaché militaire près l'ambassade allemande à Washington. De retour en Allemagne à la demande du gouvernement américain, il est nommé, en 1917-1918, chef d'état-major général auprès de Falkenhayn et d'une armée turque. Après la guerre, il devient l'un des leaders de l'aile droite du parti catholique Zentrum dans la Chambre des députés de Prusse. Hindenburg le nomme Reichskanzler (chancelier du Reich) le 1er juin 1932. Son gouvernement de concentration nationale se compose de hauts fonctionnaires qui ne sont membres d'aucun parti. Il parvient à mettre fin aux « réparations » exigées par les Alliés, mais ne peut enrayer la crise économique et politique. Il tente d'user le parti nazi par des élections répétées et parvient ainsi à diminuer le nombre de voix de celui-ci en novembre 1932. Mais il échoue lorsqu'il tente d'obtenir du président Hindenburg une réforme de la Constitution. Il démissionne le 17 novembre 1932 pour laisser la place à Kurt von Schleicher.

Après l'effondrement politique de son successeur, Papen se rapproche de Hitler et manœuvre pour lui faciliter l'accès au pouvoir, le 30 janvier 1933. Papen est, comme beaucoup d'autres, persuadé qu'il pourra contrôler Hitler et ses acolytes Göring et Gœbbels au sein de la majorité du nouveau gouvernement. Il ne tarde pas à se rendre compte de son erreur et critique très vivement en 1934, à Marbourg, les excès nazis. Il quitte le gouvernement au lendemain de la Nuit des longs couteaux et accepte l'ambassade de Vienne, puis, en 1939, celle d'Ankara. Acquitté par le tribunal militaire international de Nuremberg, il est condamné aux travaux forcés par les tribunaux allemands de dénazification, mais il est libéré en 1949. Il meurt vingt ans plus tard, laissant un livre de Mémoires (Der Wahrheit eine Gasse, 1952).

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAPEN FRANZ VON (1879-1969)  » est également traité dans :

ACCESSION D'HITLER AU POUVOIR

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier, dans la légalité républicaine définie par la Constitution de Weimar. À ce moment-là, son parti, le Parti ouvrier allemand national-socialiste (N.S.D.A.P.) ou Parti « nazi » qui veut tenter, après Mussolini, une synthèse du nationalisme et du socialisme dans le cadre d'un État raciste à construi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accession-d-hitler-au-pouvoir/#i_17283

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de régime »  : […] La nomination de Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, ne fut pas la conséquence d'une victoire électorale . Aux élections de novembre 1932, le Parti nazi avait perdu des voix par rapport à celles de juillet, passant de 37,3 à 33,1 p. 100 des suffrages (196 sièges). Cette nomination fut le résultat des intrigues d'une poignée de conse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-hitler/#i_17283

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Accession au pouvoir et nazification »  : […] Répliques à la présence électorale maintenue du K.P.D. (Kommunistische Partei Deutschlands, Parti communiste d’Allemagne), les dons et les sympathies industrielles affluent vers le N.S.D.A.P. et c’est la hantise d’une possible révolution communiste qui détermine la droite, autour de l’ancien chancelier Franz von Papen, à gouverner avec les nazis. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/#i_17283

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 220 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La république de Weimar »  : […] Déposant la couronne impériale le 9 novembre 1918, Guillaume II avait espéré conserver celle de Prusse, mais il dut y renoncer également le 28. La Prusse devient donc une république, et un Land de la République de Weimar. Cette nouvelle Prusse est moins étendue (294 000 km 2 ) que l'ancien royaume : elle a dû céder au Danemark le Schleswig du Nord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_17283

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le national-socialisme et la conquête du pouvoir »  : […] Le Parti national-socialiste (en allemand : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei , littéralement, Parti ouvrier allemand national-socialiste ; abréviation : N.S.D.A.P.), ou Parti nazi, n'a pu s'emparer du pouvoir que parce qu'il avait réussi à devenir un parti de masse, flanqué d'organisations paramilitaires puissantes, telles les secti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_17283

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « PAPEN FRANZ VON - (1879-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-von-papen/