FRANTZ (F. Ozon)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec ses goûts hétéroclites, ses œuvres souvent brillantes, spectaculaires et toujours très variées, François Ozon – un des cinéastes français les plus populaires de la génération 1990 – divise la critique mais s’affirme comme un auteur éclectique du plus grand intérêt. En début de carrière, il a aimé choquer (Regarde la mer, 1997), puis a progressivement préféré jouer sur l’ambivalence (Sous le sable, 2001). Cet excellent directeur d’actrices, qui découvre Ludivine Sagnier, relance Charlotte Rampling et orchestre le show dramatique de Huit Femmes (2002), aime passer de la sobriété dramatique (Le Temps qui reste, 2005 ; un jeune homme superficiel apprend qu’il n’a plus que trois mois à vivre) au clinquant des paillettes (Angel, 2007 ; le portrait d’une exubérante romancière de l’époque victorienne). Il étonne aussi en choisissant des thèmes inouïs (l’enfant volant de Ricky, 2009 ; le jeune père travesti d’Une nouvelle amie, 2014). En fait, tous ses films exposent l’évolution intérieure de personnages mal assurés confrontés à la violence de situations monstrueuses qui, alors qu’elles auraient dû les écraser, les révèlent à eux-mêmes autant qu’aux autres.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « FRANTZ (F. Ozon) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frantz/