Frankie (and Johnnie), MISSISSIPPI JOHN HURT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mississippi John Hurt (de son vrai nom John Smith Hurt) naît à Teoc, une minuscule bourgade du Mississippi, le 8 mars 1892 ou le 3 juillet 1893; il passera la majeure partie de son existence à Avalon (Mississippi), où sa famille s'installe alors qu'il est encore enfant. Dans les années 1920, ce chanteur noir de folk n'est pas un musicien professionnel mais un modeste exploitant agricole. Les enregistrements qu'il réalise en 1928 pour Okeh Records vont pourtant exercer une influence considérable sur le folk des années 1950 et 1960, à tel point qu'on multipliera les efforts pour le retrouver – la crise de 1929 avait mis fin à sa carrière naissante et beaucoup le croyaient mort –, afin qu'il réactive son répertoire; il sera «redécouvert» en 1963 par deux bluesmen, Tom Hoskins et Mike Stewart, qui avaient noté, dans les paroles d'une de ses compositions, Avalon Blues, le passage «Avalon is my home town». Il participera alors au Newport Folk Festival en 1963 et 1964 et enregistrera plusieurs albums, pour la firme Vanguard notamment (Mississippi John Hurt Rediscovered; The Best of Mississippi John Hurt, enregistré en 1965; Last Sessions, enregistré en 1966...). Il meurt le 2 novembre 1966 à Grenada, dans le Mississippi.

Dans les années 1920, les émissions radiophoniques de variétés présentées par des animateurs-chanteurs-bonimenteurs contribuent largement à diffuser les différentes formes de la musique populaire blanche dans les États du Sud. Mais les Noirs ne disposent que d'un accès très restreint aux ondes; ils doivent donc se rabattre sur le disque pour diffuser leur musique. Toutefois, malgré la relative séparation des genres, les musiciens de country finiront par jouer aussi du blues à leur façon; de leur côté, les bluesmen noirs ne se gêneront pas pour emprunter divers procédés d'écriture à la musique blanche.

Dans cette chanson traditionnelle, Mississippi John Hurt fait entendre un style hybride qui tient à la fois de la country blanche et du blues noir. La guitare à résonateur installe un enchaînement harmonique emprunté au blues, mais dont la sixte insistante sur l'accord de tonique fait déjà penser au rock and roll. Alors que la main droite, qui joue en picking, fait référence à la musique country, les changements de registre du chant sur l'accord de sous-dominante renvoient au langage du Delta.

Malgré les relations difficiles que les Blancs et les Noirs entretiennent, le processus d'échange intercommunautaire qui se développera dans les années 1950 et dont le rock and roll sera la marque la plus nette est donc déjà à l'œuvre.

—  Eugène LLEDO

Écrit par :

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « Frankie (and Johnnie), MISSISSIPPI JOHN HURT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frankie-and-johnnie-mississippi-john-hurt/