FRANÇOIS-JOSEPH Ier (1830-1916) empereur d'Autriche (1848-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les soixante-huit années du long règne de François-Joseph coïncident avec la période la plus féconde et la plus brillante, sinon de l'histoire politique, du moins de la civilisation et du mode de vie d'une Autriche enfin dégagée des implications de l'ancien Saint Empire et cherchant ses voies originales. C'est pourquoi, pour beaucoup de ses anciens sujets, son souvenir est assimilé à celui de la « Belle Époque » où, malgré d'indéniables difficultés politiques et d'indiscutables injustices, l'Autriche était riche, prospère et heureuse. Pourtant l'homme n'est pas de ceux qui suscitent l'enthousiasme des foules ; doué d'un physique agréable, affable mais peu affectueux, simple d'abord mais sec de contact, il n'est guère brillant et se compose un personnage d'homme de devoir résolument terne. Il se considère comme le premier serviteur de l'État et son application lui tient lieu de génie. Profondément conservateur, il élève l'immobilisme au rang de philosophie politique et il faut bien avouer que François-Joseph est rarement à la hauteur des circonstances lorsqu'il doit prendre des décisions importantes. En 1848 il a été choisi comme prête-nom par l'aristocratie conservatrice et l'armée, une fois l'ordre peu à peu rétabli par celle-ci dans l'Empire. Au début de son règne, il est soumis à l'influence de sa mère, l'archiduchesse Sophie (une Wittelsbach), et à celle de son Premier ministre, le prince Schwarzenberg, dont l'oeuvre est remarquable. La brutalité de la répression qui s'abat sur la Hongrie en 1849 montre que le jeune souverain a opté pour un système politique discutable mais cohérent : l'absolutisme centralisateur appuyé sur l'armée et la bureaucratie allemande. Pour la première fois de son histoire, la monarchie autrichienne devient un véritable État centralisé, où les notables provinciaux doivent céder le pas devant les fonctionnaires nommés par Vienne. La malheureuse campagne d'Italie de 1859 incite François-Joseph à réfléchir. Sur le champ [...]

François-Joseph Ier, empereur d'Autriche, F. X. Winterhalter

François-Joseph Ier, empereur d'Autriche, F. X. Winterhalter

Photographie

Franz Xaver WINTERHALTER, François-Joseph Ier, empereur d'Autriche, huile sur toile. Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FRANÇOIS-JOSEPH I er (1830-1916) empereur d'Autriche (1848-1916)  » est également traité dans :

ANDRÁSSY GYULA comte (1823-1890)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 813 mots

Homme d'État hongrois né à Košice (Slovaquie), Gyula Andrássy appartient à une vieille famille dont l'idéal fut toujours la défense des libertés nationales. Tout jeune, il se lie avec Kossuth, dont il approuve alors les tendances radicales. Après des études de droit à Pest, il participe à la vie politique locale et représente sa circonscription ( c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyula-andrassy/#i_16768

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 052 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1848 »  : […] Le problème de la cohésion entre les divers éléments de la monarchie danubienne est éclairé d'une manière nouvelle par la révolution de 1848. Désormais, il ne s'agissait plus seulement d'aménager les rapports entre les différents pays et leurs classes dirigeantes, d'une part, et le gouvernement central, d'autre part, mais d'accorder leur place à de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16768

BACH ALEXANDER baron von (1813-1893)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 382 mots

Avocat libéral, Alexander von Bach a donné son nom au système répressif mis en place par le gouvernement autrichien après l'échec de la révolution de 1848. Lassé par l'immobilisme des dernières années du gouvernement de Metternich, par les abus de la police et de la censure, Bach, comme beaucoup d'autres bourgeois de Vienne, souhaite des réformes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-bach/#i_16768

PRINTEMPS DES PEUPLES

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 1 102 mots
  •  • 2 médias

Quinze ans après la flambée d'agitation libérale et nationale qui avait ébranlé l'ordre restauré par les vainqueurs de Napoléon lors du congrès de Vienne (1814-1815), l'Europe connaît, en 1848, une nouvelle poussée de fièvre qui, gagnant de proche en proche toute une partie du continent, s'étend cette fois jusqu'au cœur du système politico-diplomat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-des-peuples/#i_16768

SCHMERLING ANTON VON (1805-1893)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 238 mots

Premier ministre autrichien de décembre 1860 à juin 1865. Chef des libéraux allemands, Anton von Schmerling représente la « gauche » dans l'Autriche d'après 1848 mais aussi l'élément allemand partisan de la Grande Allemagne (donc adversaire de la Prusse) et favorable à la centralisation, à la bureaucratie et à la germanisation. Il est l'héritier du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-von-schmerling/#i_16768

SCHWARZENBERG FELIX prince von (1800-1852) chancelier autrichien

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 630 mots

Chancelier autrichien, né le 2 octobre 1800 à Krumau, en Bohême, dans l'empire des Habsbourg d'Autriche (auj. Ceský Krumlov, en République tchèque), mort le 5 avril 1852 à Vienne. Entré dans l'armée autrichienne en 1818, Felix von Schwarzenberg est transféré dans le corps diplomatique en 1824. Devenu le protégé du chancelier Metternich, il est tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-schwarzenberg/#i_16768

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 243 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'essor économique, la modernisation de la vie politique et l'exacerbation des nationalismes »  : […] Au xix e  siècle, la Bohême, après Vienne et sa région, est le pays le plus alphabétisé et le plus avancé économiquement de l'Empire des Habsbourg. Les Pays tchèques produisent en 1880, 94 p. 100 de la houille, 84 p. 100 de la fonte, 75 p. 100 du lignite, 54 p. 100 des machines, 70 p. 100 des produits chimiques et 94 p. 100 du sucre de la monarchie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_16768

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « FRANÇOIS-JOSEPH Ier (1830-1916) - empereur d'Autriche (1848-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-joseph-ier/