JOVINE FRANCESCO (1902-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par une fidélité continuellement affirmée à son métier d'instituteur et par la correspondance exemplaire qui existe entre sa vie et son œuvre, Francesco Jovine occupe une place à part dans la littérature du milieu du siècle. Moins célèbre que son contemporain, l'Abruzzais Ignazio Silone, il a avec lui de grandes affinités : tous deux sont partis d'une expérience provinciale et ont donné une existence littéraire à des régions jusque-là mal connues.

Né à Guardialfiera, Jovine quitte à vingt-trois ans la Molise pour Rome où il résidera toute sa vie, à l'exception de trois années d'enseignement passées à Tunis puis au Caire. Résistant pendant la guerre, il collabore à différents journaux après la Libération et adhère en 1948 au Parti communiste italien. Il meurt à quarante-huit ans des suites d'une crise cardiaque.

Son parcours d'écrivain va se dérouler, sans véritable solution de continuité, des positions idéalistes crociennes à un engagement qui se traduira sur le plan littéraire par un effort accru dans la voie du réalisme. Chez lui, écrire répond à une exigence morale, raconter est indissociable d'une finalité éducative. Celle-ci n'est autre chose que la recherche d'une vérité qui se confond avec la réalité socio-économique de la Molise. Sous-développement, brigandage, luttes acharnées des paysans pour la terre, déracinement et malaise du petit bourgeois venu à la ville, rapport de l'intellectuel avec la société dont il est issu, voilà les interrogations qui ne cessent d'inspirer Jovine.

La publication de Un uomo provvisorio (1934) suscite les réserves du régime fasciste qui interdit la seconde édition du livre. Comme ses frères de fiction, les indifférents d'Alberto Moravia ou les personnages de C. Alvaro, prisonniers dans le labyrinthe de l'autocritique, l'homme provisoire, un jeune médecin devenu citadin, est aboulique et insatisfait, plongé dans d'incessantes élucubrations. De retour dans son village natal, des soins dispensés à un paysan lui permettront de retrouver un contact direct avec la réalité, et le sentiment d'être. L'opposition ville-province annonce un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY, « JOVINE FRANCESCO - (1902-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-jovine/