COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né, semble-t-il, à Venise d'une famille peut-être originaire de Trévise où il aurait pu séjourner en 1462-1467, Francesco Colonna entre dans le couvent dominicain de Saint-Jean-et-Saint-Paul à Venise où sa présence est attestée en 1471. Il étudie à Padoue où il devient, en 1473, bachelier en théologie. Plus tard, il obtiendra le doctorat dans la même discipline. La culture de Francesco Colonna est à la fois celle d'un homme d'Église et celle d'un humaniste. La culture profane et artistique avait, d'ailleurs, droit de cité dans ce couvent vénitien avec lequel Colonna entretint des rapports complexes et déconcertants : tantôt il est menacé des plus graves sanctions, tantôt il occupe des charges importantes et exerce avec succès une activité de prédicateur. Peut-être supportait-il mal une discipline pourtant très relâchée. Mais on peut penser qu'il se trouva impliqué, à diverses reprises, dans des épisodes scabreux. D'après M. T. Casella, la nouvelle II, 4 de Bandello mettant en scène un frère Francesco amant d'une jeune femme de Venise, et qui élimine son rival, pourrait se référer à Colonna. En 1500 et, semble-t-il, jusqu'en 1512, il fut autorisé à vivre en dehors de son couvent. En 1516, accusé d'immoralité, il est envoyé à Trévise. Il revient à Venise en 1520.

C'est à ce religieux peu ordinaire et dont la vie est encore mal connue qu'est attribuée par la plupart des critiques, parmi lesquels se détache Giovanni Pozzi, l'Hypnerotomachia Poliphili ou Le Songe de Poliphile, un ouvrage magnifiquement imprimé et illustré publié en décembre 1499 à Venise et sans nom d'auteur par Alde Manuce. L'attribution repose sur un acrostiche composé par les initiales des trente-huit chapitres de l'ouvrage et sur quelques témoignages contemporains. Il s'agit de la seule œuvre dont on puisse faire endosser la paternité à Francesco Colonna.

L'ouvrage, divisé en deux parties, est un roman qui s'inscrit dans l'espace d'un rêve que fait Poliphile peu avant le lever du soleil. La première partie, allégorique, évoque d'abord la naissance puis l'initiat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527)  » est également traité dans :

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le colossal en architecture »  : […] Par extension, le mot colossal a été appliqué au domaine architectural. Vers 1514, Bramante semble avoir inventé l'ordre colossal pour sa propre maison de Rome : une ordonnance de hautes et imposantes colonnes qui embrasse plusieurs niveaux d'habitation et unifie la façade par la puissance de son rythme et de ses proportions. L'ordonnance colossale connut un grand succès dans l'architecture du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_93598

Pour citer l’article

Michel PLAISANCE, « COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-colonna/