FORTRAN (FORmula TRANslation)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historiquement, Fortran peut être décrit comme l'un des premiers langages de programmation de haut niveau ayant permis d'écrire de manière complète et détaillée des procédures de calcul ou des algorithmes complexes sans faire appel au langage d'assemblage. Sa syntaxe proche de celle du langage mathématique et sa simplicité font de lui un langage particulièrement bien adapté au traitement des problèmes scientifiques.

Conçu par John Backus, en 1955, comme support de programmation de l'IBM 704 sous le nom de Fortran, ce langage a connu plusieurs variations et bénéficié de nombreuses améliorations. Les versions les plus remarquables sont Fortran IV (1966), qui a servi à l'écriture d'une quantité impressionnante d'applications, Fortran 78 (1978) promu par l'American Standards Association afin d'homogénéiser les versions disponibles, et Fortran 2003 le dotant de fonctionnalités propres à la programmation orientée objet.

Malgré sa syntaxe rigide, Fortran est très efficace dans le traitement d'expressions algébriques et logiques comportant des constantes et des variables de différents types : entières, réelles, complexes, logiques, en double précision, à une ou plusieurs dimensions. L'avantage de Fortran réside dans les larges possibilités offertes par l'usage des fonctions et des sous-programmes qui sont définis par le vocabulaire (expressions arithmétiques), par une bibliothèque de fonctions (fonctions intrinsèques) ou par l'utilisateur (sous-programmes Function et Subroutine). Il reste très utilisé en raison de la présence de très nombreuses bibliothèques de fonctions existantes, même si aujourd'hui les applications scientifiques sont plutôt écrites avec des langages plus industriels comme C ou C++.

—  François PÊCHEUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FORTRAN (FORmula TRANslation)  » est également traité dans :

LANGAGE FORTRAN

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 246 mots

En informatique, les techniques de programmation ont évolué vers une plus grande facilité d'emploi par des utilisateurs de moins en moins avertis. Les algorithmes en langage-machine, code binaire adapté à l'architecture spécifique de chaque ordinateur, favorisaient la rapidité d'exécution et occupaient peu de mémoire. Toutefois, leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-fortran/#i_42187

ORDINATEURS

  • Écrit par 
  • Danièle DROMARD, 
  • François PÊCHEUX
  •  • 13 236 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Amélioration des langages de programmation »  : […] Les langages de programmation des premières machines étaient rudimentaires, la programmation se faisant en représentation binaire, instruction par instruction. Cette programmation, lente et fastidieuse, était source de nombreuses erreurs. En outre, elle était quasi inutilisable dès que le programme devenait complexe. On développa donc des langages de programmation plus commodes à employer, les la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordinateurs/#i_42187

PROGRAMMATION

  • Écrit par 
  • Jean-François MONIN
  •  • 7 832 mots

Dans le chapitre « Constructions fondamentales »  : […] Les premiers langages de programmation comme Fortran, inventé vers 1955 par John Warner Backus (1924-2007), offraient une syntaxe plus compréhensible que l'assembleur et permettaient l'utilisation d'expressions arithmétiques, ce qui constituait un gros progrès. Mais le modèle de programmation sous-jacent restait proche de la notion de séquence d'instructions numérotées, avec éventuellement indica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/programmation/#i_42187

Pour citer l’article

François PÊCHEUX, « FORTRAN (FORmula TRANslation) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortran/