FERDYDURKE, Witold GombrowiczFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénoncer l'absurdité du monde

Ici, comme dans ses autres romans ou ses pièces de théâtre, Gombrowicz pousse la logique narrative jusqu'à ses dernières conséquences sans souci de réalisme. Le roman est comme une machine infernale qui, par son fonctionnement rigoureux, dérange l'ordre réel en le faisant apparaître lui-même comme une autre forme de désordre. Non pas lutte du désordre contre l'ordre, mais, plus radicalement, opposition entre deux formes de désordres incompatibles. En témoignent les deux récits intégrés au roman, précédés chacun d'une introduction, et qui viennent en rompre la linéarité : « Philidor doublé d'enfant » et « Philibert doublé d'enfant ». Dans le premier de ces récits, on assiste au combat burlesque entre deux « savants », l'un, Philidor, « professeur de synthèse », l'autre, l'Anti-Philidor, « professeur d'analyse ». Combat épique, au cours duquel les épouses des deux savants trouveront la mort et qui transpose à un autre niveau le conflit entre maturité et immaturité. Pour finir, Philidor et l'Anti-Philidor retombent en enfance : « Ils aimaient beaucoup chasser les grenouilles à la carabine et les moineaux à l'arc, ou bien, du haut d'un pont, jetaient des bouts de papier et des brins d'herbe. » Ne restent que des objets qui ont pris leur indépendance et sont prétextes à des jeux puérils : le plus bas est logé au cœur du plus haut : « Tout est doublé d'enfants », dit en conclusion Philidor.

Au cours de cet étrange roman d'apprentissage, Jojo va être entraîné dans bien des tribulations qui lui feront explorer tous les arcanes de la société, des sentiments et de l'existence. Jojo trouvera-t-il à la fin de sa quête le « moi » qu'il cherchait ? Oui, dans la mesure où ce moi n'est plus une substance close sur elle-même, mais une subjectivité poreuse, traversée par des contradictions dont nulle synthèse ne peut venir à bout. « Nous nous mettrons bientôt à redouter notre personne et notre personnalité en discernant qu'elles ne sont pas pleinement nôtres. Et au lieu de meugler : „Voilà ce que je crois, voilà ce que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERDYDURKE, Witold Gombrowicz  » est également traité dans :

GOMBROWICZ WITOLD (1904-1969)

  • Écrit par 
  • Constantin JELENSKI
  •  • 1 096 mots

Dans le chapitre « Sens de l'érotisme »  : […] Il faut se garder d'oublier que Gombrowicz a aussi écrit dans son Journal ( Dziennik, 1953-1956, 1957, 1961-1966 ) : « Je ne crois pas à une philosophie non érotique. » L'érotisme est à la base de toute son œuvre, et sa conception de l'érotisme est très voisine de celle de Georges Bataille : elle comporte l'horreur, la dégradation, la mort et – seule clef moderne à un temps « sacré » – elle exige […] Lire la suite

L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 922 mots

N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu' art press , dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais a composé L'Idiotie (éd. Beaux-Arts Magazine, Paris, 2003), un ouvrage de dix chapitres, eux-mêmes abondamment subdivisés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « FERDYDURKE, Witold Gombrowicz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdydurke/