FERDYDURKE, Witold GombrowiczFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'irréductible conflit entre maturité et immaturité

C'est sur un malaise que débute Ferdydurke. Le héros, Joseph, dit Jojo, un homme d'une trentaine d'années, se réveille un beau matin en proie à un étrange trouble : le sentiment intime d'avoir perdu toute place dans le monde, la sensation quasi physique d'une dissociation du corps et de l'esprit, d'un émiettement physique. Avant tout, Jojo est troublé par le décalage entre « l'horloge de la nature », qui est aussi bien celle de la société, et qui veut que nous tenions une place correspondant à notre âge, et le « blanc-bec » qu'il a été... et qu'il se sent être encore. C'est à l'intérieur de la subjectivité et de l'intersubjectivité que se jouent les rapports complexes de maturité et d'immaturité, irréductibles à une simple question d'âge : je suis mûr ou immature sous le regard des autres, mais aussi en et pour moi-même. Pour résoudre ces dilemmes, Jojo va opter pour l'immaturité et décider de retourner sur les bancs du lycée où il rencontrera, portés à leur paroxysme, les mêmes conflits entre ses nouveaux condisciples et ses maîtres. Par exemple, son condisciple Mientus revendique une immaturité non innocente, l'insolence des enfants, des « gaillards », alors que Siphon, l'« adolescent », fait sien les discours du maître en clamant haut et fort l'innocence et les idéaux élevés des adultes. Pour les départager un duel s'impose, non pas comme ceux qu'organisent les adultes, mais une parodie de duel, un concours de grimaces ! Dans ce jeu grotesque, les masques tombent, les formes apprises et imposées se déchirent. Le jeu parodiant le sérieux précipite les protagonistes dans un tourbillon chaotique auquel l'auteur semble prendre un réel plaisir.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERDYDURKE, Witold Gombrowicz  » est également traité dans :

GOMBROWICZ WITOLD (1904-1969)

  • Écrit par 
  • Constantin JELENSKI
  •  • 1 096 mots

Dans le chapitre « Sens de l'érotisme »  : […] Il faut se garder d'oublier que Gombrowicz a aussi écrit dans son Journal ( Dziennik, 1953-1956, 1957, 1961-1966 ) : « Je ne crois pas à une philosophie non érotique. » L'érotisme est à la base de toute son œuvre, et sa conception de l'érotisme est très voisine de celle de Georges Bataille : elle comporte l'horreur, la dégradation, la mort et – seule cle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/witold-gombrowicz/#i_24690

L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 922 mots

N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu' art press , dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais a composé L'Idiotie (éd. Beaux-Arts Magazine, Paris, 20 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-idiotie-j-y-jouannais/#i_24690

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « FERDYDURKE, Witold Gombrowicz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdydurke/