Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FERDYDURKE, Witold Gombrowicz Fiche de lecture

C'est à Varsovie, en 1937, que paraît, après deux ans de travail, le premier roman de Witold Gombrowicz, Ferdydurke. L'auteur avait déjà publié des contes, une pièce de théâtre, Yvonne (1935), et collaborait à des gazettes littéraires. Il faudra attendre 1958 pour qu'une première traduction soit donnée en français. Le critique polonais Constantin Jelinski, qui admira Ferdydurke dès son plus jeune âge et qui œuvra beaucoup pour faire connaître Gombrowicz, déclare dans des propos recueillis à Paris en 1984 : « Ce livre est en même temps un splendide conte philosophique, un roman picaresque où tout est renvoyé dos à dos avec un humour, une joie, une méchanceté, une invention absolument folles. Ferdydurke a changé mon existence et j'en ai su gré à Gombrowicz toute ma vie. » Déroutant, comme les trois autres romans qui suivront (Trans-Atlantique, 1950, La Pornographie, 1960, et Cosmos, 1965), Ferdydurke s'inscrit dans le sillage des nouvelles écrites entre 1926 et 1946 (Bakakaï) : même goût de la dérision, des situations grotesques, même soin à mêler réflexion et art de conter, même volonté de mettre à nu, à partir de l'épreuve de « blessures personnelles », les contradictions liées à toute existence.

L'irréductible conflit entre maturité et immaturité

C'est sur un malaise que débute Ferdydurke. Le héros, Joseph, dit Jojo, un homme d'une trentaine d'années, se réveille un beau matin en proie à un étrange trouble : le sentiment intime d'avoir perdu toute place dans le monde, la sensation quasi physique d'une dissociation du corps et de l'esprit, d'un émiettement physique. Avant tout, Jojo est troublé par le décalage entre « l'horloge de la nature », qui est aussi bien celle de la société, et qui veut que nous tenions une place correspondant à notre âge, et le « blanc-bec » qu'il a été... et qu'il se sent être encore. C'est à l'intérieur de la subjectivité et de l'intersubjectivité que se jouent les rapports complexes de maturité et d'immaturité, irréductibles à une simple question d'âge : je suis mûr ou immature sous le regard des autres, mais aussi en et pour moi-même. Pour résoudre ces dilemmes, Jojo va opter pour l'immaturité et décider de retourner sur les bancs du lycée où il rencontrera, portés à leur paroxysme, les mêmes conflits entre ses nouveaux condisciples et ses maîtres. Par exemple, son condisciple Mientus revendique une immaturité non innocente, l'insolence des enfants, des « gaillards », alors que Siphon, l'« adolescent », fait sien les discours du maître en clamant haut et fort l'innocence et les idéaux élevés des adultes. Pour les départager un duel s'impose, non pas comme ceux qu'organisent les adultes, mais une parodie de duel, un concours de grimaces ! Dans ce jeu grotesque, les masques tombent, les formes apprises et imposées se déchirent. Le jeu parodiant le sérieux précipite les protagonistes dans un tourbillon chaotique auquel l'auteur semble prendre un réel plaisir.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GOMBROWICZ WITOLD (1904-1969)

    • Écrit par Constantin JELENSKI
    • 1 096 mots
    ...rigoureusement exigée, même le plus minime des petits plaisirs ne peut se passer de piété », dira dans Cosmos[Kosmos, 1965] le terrible et dérisoire Léon). Il serait bien entendu absurde de réduire Ferdydurke à l'homosexualité, La Pornographie (Pornografia, 1960) à la mise en scène érotique, Cosmos...
  • L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

    • Écrit par Hervé GAUVILLE
    • 922 mots

    N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu'art press, dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais...

Voir aussi