FĀṬIMA (VIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille que Muḥammad eut de sa première femme Khadidja, Fāṭima épousa ‘Alī b. Abī Ṭālib, cousin du Prophète ; de leur union naquirent deux fils, Hasan et Ḥusayn. Il est difficile de se faire une idée de ce que fut réellement Fāṭima. Peut-on conclure de son effacement, c'est-à-dire du peu de renseignements que l'histoire a conservés à son sujet, qu'elle était une femme médiocre et de peu d'intérêt ? Ou doit-on penser que la vénération dont elle est l'objet de la part des musulmans, même non shī‘ites, témoigne de qualités spirituelles qui ont touché les âmes religieuses ? Il est difficile de trancher.

On sait qu'elle pleura beaucoup sa mère et qu'elle s'attacha profondément à son père, qui semble l'avoir entourée d'une affection pleine de sollicitude. Aimait-elle ‘Alī ? Elle fut sans doute la première femme en Islam dont le « silence » fut considéré comme un consentement au mariage. On sait qu'il y eut quelques nuages entre les époux, surtout quand il fut question à deux reprises qu'‘Alī prît une seconde femme. Le Prophète choisit, en cette occasion, le parti de sa fille et dit : « Fāṭima est une partie de moi-même ; celui qui l'offense m'offense. » Ce ḥadīth devait être souvent allégué en islam shī‘ite, où il recevait une signification gnostique. C'est de toute façon cette Fāṭima idéale qui est la plus intéressante.

Un verset coranique (xxxiii, 33), qui parle des « gens de la Maison » al-Bayt), et un ḥadīth, où il est question de « gens que le Prophète avait recouverts de son manteau » (ahl al-Kisā'), sont à la base de toutes les spéculations politiques et ésotériques développées dans le shī‘isme autour de la famille du Prophète, laquelle comprend en tout cinq personnes : Muḥammad, Fāṭima, ‘Alī, Ḥasan et Ḥusayn. Ce nombre cinq, objet de considérations arithmologiques, a fini par désigner cinq entités prééternelles, principes intelligibles directeurs de la création de l'Univers. Ainsi les événements de la vie de Fāṭima, comme des autres membres de la famille, deviennent les manifestations temporelles et visibles de réalités et de valeurs suprasensibles. De nombreux ḥadīth furent forgés en ce sens. Fāṭima entre dans un vaste système de cosmologie gnostique, où sa signification d'archétype éclipse sa réalité historique. Elle représente la Femme éternelle, « mère de son père », l'éternel féminin de Goethe, auquel est suspendu le salut de l'humanité et même du monde entier, par la vertu du pur amour.

—  Roger ARNALDEZ

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FATIMA ( VII e s.)  » est également traité dans :

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théophanie et le plérome des Quatorze Immaculés »  : […] Le shī‘isme professe une théologie apophatique rigoureuse (la via negationis , le tanzīh ) : la déité en soi est inconnaissable, insondable, ineffable, imprédicable..., c'est l' Absconditum , l'abîme de Silence auquel se sont référées toutes les gnoses. Cet Absconditum ne devient connaissable que par les figures qui en sont les théophanies et les manifestations. La théophanie primordiale constitu […] Lire la suite

MAHOMET ou MUḤAMMAD (571?-632)

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 4 075 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité et le rôle de Mahomet dans l'islam »  : […] Si le développement postérieur de l'islam est dû aux circonstances (pour ceux qui n'y voient pas la main de Dieu), une part importante de son succès vient néanmoins du génie de Muḥammad. On peut le créditer d'une grande intelligence, d'une habileté et d'une ténacité remarquables, d'un sens très fin des hommes et des situations. Au début, une flamme ardente l'emporte, l'indignation le brûle et s'ex […] Lire la suite

Les derniers événements

25 juin 2014 France. Jugement de la Cour de cassation dans l'affaire de la crèche Baby-Loup

Fatima Afif. Celle-ci avait refusé d'ôter son voile islamique, contrevenant, selon la direction, au règlement intérieur de la crèche qui impose à ses employés la « neutralité philosophique, politique et confessionnelle ». Le conseil des prud'hommes en décembre 2010, puis la cour d'appel de Versailles en octobre 2011 confirmaient le licenciement. En […] Lire la suite

11-14 mai 2010 Vatican – Portugal. Visite du pape Benoît XVI au Portugal

Fatima, en 1917. Évoquant, au cours du voyage qui le conduit à Lisbonne, le scandale des prêtres pédophiles, il rompt avec l'attitude de certains cardinaux en reconnaissant la responsabilité propre de l'Église, affirmant: « Les attaques contre l'Église ne viennent pas seulement de l'extérieur, mais ses souffrances viennent [...] des péchés internes […] Lire la suite

2-13 mai 1991 Vatican. Publication d'une encyclique sociale et visite du pape Jean-Paul II au Portugal

Fatima, le 13, sur les lieux mêmes de l'apparition de la Vierge, le 13 mai 1917. Devant près d'un million de personnes, en ce jour du dixième anniversaire de l'attentat qui faillit lui coûter la vie sur la place Saint-Pierre de Rome, le pape réitère sa mise en garde contre l'athéisme qui risque de se substituer au marxisme.  […] Lire la suite

12-15 mai 1982 Vatican – Portugal. Visite du pape Jean-Paul II au Portugal

Fatima, Jean-Paul II échappe de peu à un attentat, un an exactement après celui de la place Saint-Pierre. Son agresseur, armé d'un couteau, est un jeune prêtre intégriste, Juan Fernandez Krohn. Le 13, jour anniversaire des apparitions à Fatima, le pape s'entretient avec la sœur Lucia, dernière survivante des trois voyants, dédie le monde à la Vierge […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « FĀṬIMA (VIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fatima-viie-s/