ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dangers du quantitatif pour évaluer la recherche

Les indicateurs les plus couramment utilisés dans l’évaluation – le nombre de publications, leur facteur d’impact, le « facteur h » (h-index) d’un chercheur, le montant des contrats d’un établissement avec le secteur privé… – nécessitent une certaine expertise, parce qu'il y a souvent plusieurs manières de les calculer et de les interpréter en fonction, d’une part, des caractéristiques de ce qu’on évalue et, d’autre part, des objectifs de l’évaluation qu'on entreprend. S’agit-il d’encourager des recherches risquées, de favoriser tel type d’approche ou tel sujet de recherche, telle discipline, de promouvoir les recherches en collaboration, de rechercher le rayonnement international, l’applicabilité, ou encore d’encourager l’approche multidisciplinaire ? Le système d’évaluation qui conditionne une partie du financement public des universités anglaises, le research excellence framework, par exemple, s’attache à suivre le prestige académique des professeurs, mais aussi le niveau de certaines ressources qui leur viennent du secteur privé ou celui des contrats de consultance. En Australie, l’évaluation par le gouvernement prend en compte la capacité qu’ont les établissements d’attirer des étudiants étrangers...

La façon d’interpréter les mêmes chiffres va donc varier avec la discipline, le thème de recherches, la technique utilisée, la façon dont les informations scientifiques sont diffusées, etc. Certaines recherches permettent, plus facilement que d’autres, de publier des résultats rapides. De même, un travail peut être cité pour des raisons très différentes, et pas toujours positives. Ou bien il peut n’être pas cité, au début au moins, parce qu’il apporte des résultats très novateurs, voire dérangeants. Ou, encore, le thème de recherche peut être très nouveau, ce qui limite le nombre de journaux dans lesquels les résultats pourront être publiés…

En résumé, nous dirons que le même indicateur sera plus ou moins fidèle selon la recherche qu'on examine et selon ce qu’on veut sav [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, ancienne directrice de l'Observatoire des sciences et des techniques du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur

Classification

Pour citer l’article

Ghislaine FILLIATREAU, « ÉVALUATION DE LA RECHERCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evaluation-de-la-recherche/