GUYON ÉTIENNE (1935-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1935 à Paris, Étienne Guyon est un normalien, formé d'abord par André Guinier dans le domaine de la physique des rayons X, en 1958. Parti ensuite pour les États-Unis, il travaille brièvement avec Frederic Seitz sur les défauts dans les cristaux. Revenu à Orsay en 1962, il devient 1'un des membres fondateurs du Groupe de supraconductivité (un supraconducteur est un métal qui, à basse température, peut transporter un courant électrique sans aucune perte), groupe assez original, dont beaucoup de publications sont collectives et anonymes, mais dont les participants deviennent rapidement connus sur la scène internationale. Les aptitudes variées d'Étienne Guyon s'y manifestent tout de suite : parce qu'il a fait un calcul théorique nouveau sur l'« invasion » d'un métal normal N par les électrons d'un film de supraconducteur S collé contre N, Guyon est reçu chaleureusement par un groupe d'expérimentateurs anglais de Cambridge. Ceux-ci lui font une grande faveur : ils lui communiquent certains « secrets de fabrication » pour arriver à faire ce que l'on appelle des « jonctions », c'est-à-dire des contacts fins métal-isolant-métal. Ainsi, la théorie vient au secours de l'expérience ! Et, grâce aux conseils des Anglais, Étienne Guyon et Alexis Martinet pourront très vite mettre en œuvre des expériences dites d'effet tunnel, où l'on détermine, avec des jonctions, les états électroniques, assez subtils, présents dans un supraconducteur exposé à des champs magnétiques. Par ailleurs, avec Jean Paul Burger, Guy Deutscher et Alexis Martinet, Étienne Guyon est l'un des découvreurs de la supraconductivité de surface : situation où un métal sous champ peut transporter du courant sans pertes, sur une fine peau de 100 nanomètres près de sa surface libre. En 1965, Guyon soutient sa thèse sur la supraconductivité. Peu après, il change légèrement d'orientation, et va travailler à Los Angeles avec Isadore Rudnick sur l'hélium liquide – un autre superfluide (c'est-à-dire un système où certains écoulements se produisent strictement sans d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, directeur de l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris, Prix Nobel de physique 1991

Classification


Autres références

«  GUYON ÉTIENNE (1935- )  » est également traité dans :

MATIÈRE ET MATÉRIAUX. DE QUOI EST FAIT LE MONDE ? (dir. É. Guyon)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 912 mots

À partir du moment où la matière est destinée à une utilisation précise, on parle de matériaux . Mais comment raconter cette matière qui sous des aspects si divers accompagne le quotidien de chacun d'entre nous, pour s'alimenter, se loger ou s'habiller, mais aussi aller à la rencontre des autres hommes ou exprimer sa sensibilité artistique ? Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-et-materiaux-de-quoi-est-fait-le-monde-dir-e-guyon/#i_98241

Pour citer l’article

Pierre-Gilles DE GENNES, « GUYON ÉTIENNE (1935-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-guyon/