Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESCOMPTE & RÉESCOMPTE

L'escompte est une opération par laquelle une personne possédant un titre de créance à terme sur un débiteur remet ce titre à une banque, qui lui en verse immédiatement le montant ; la banque se fait ensuite rembourser par le débiteur à l'échéance. Le créancier rémunère le banquier « escompteur » du service ainsi rendu en lui payant, pour la période qui s'écoule entre la remise de l'effet à l'escompte et l'échéance, un intérêt dont le taux annuel est fonction de celui que le banquier lui-même doit payer à la banque centrale pour en obtenir à son tour le paiement immédiat du montant : cette dernière opération est le réescompte.

Pour être escomptable, c'est-à-dire admis à l'escompte par le banquier, un effet doit répondre à certaines conditions : réputation de solvabilité du débiteur ; acceptation de l'effet par ce dernier ; réputation de solvabilité du créancier, contre lequel l'escompteur se retournera en cas de défaillance du débiteur ; échéance de l'effet (en général pas plus de 90 jours). Il faut aussi que l'opération n'entraîne pas un dépassement des limites (ou « plafonds ») imposées par l'autorité financière : la banque centrale ne peut, en un moment donné, avoir en réescompte plus d'un certain montant global de papier présenté par chacune des banques ; ces dernières doivent donc, à leur tour, limiter le montant qu'elles acceptent d'escompter à chacun de leurs clients.

L'importance de l'escompte du papier commercial comme instrument de crédit à court terme donne à la banque centrale un pouvoir considérable sur la vie économique. La banque est en effet maîtresse du volume et du coût du crédit, ainsi que du choix de ses bénéficiaires.

Les modifications du taux de l'escompte, autrement dit du taux auquel la banque centrale prête de l'argent aux établissements de crédit, entre autres pour assurer le réescompte des effets de commerce, sont par conséquent des mesures de politique économique et financière riches en conséquences.

En abaissant le taux de l'escompte, la banque réduit les frais de financement des entreprises, encourage les investissements, contribue à freiner la hausse des prix et stimule l'activité économique. La hausse du taux de l'escompte, par contre, tend à aggraver les frais financiers des entreprises, qui se répercutent sur les consommateurs sous forme de hausses de prix, et à décourager les investissements.

Sur le continent européen, et en particulier en France, l'escompte du papier commercial est assuré par les établissements de crédit, sous l'autorité de la banque centrale et de ses organes spécialisés (en France, la Banque de France et le Conseil national du crédit).

Aux États-Unis, l'escompte du papier commercial joue un rôle sensiblement moins important qu'en Europe.

Par extension, le mot « escompte » désigne également une réduction de prix accordée par un vendeur à l'acheteur qui paie comptant.

— Georges BLUMBERG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGIOS

    • Écrit par André BOYER
    • 371 mots

    En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 1 032 mots
    ...est dotée d'un système de crédit et de banque évolué et hiérarchisé. Le papier commercial émis par les marchands constitue la base du système. À un deuxième niveau, les banques de province escomptent ce papier commercial, en octroyant des crédits garantis par celui-ci, gèrent des dépôts et émettent...
  • CRÉDIT

    • Écrit par Jean-Jacques BURGARD
    • 5 252 mots
    • 2 médias
    ...délais plus longs existent. La mobilisation des créances commerciales détenues par les fournisseurs sur leurs clients revêt donc une grande importance. L' escompte commercial est la technique la plus traditionnelle. C'est l'opération par laquelle le banquier met à la disposition d'un client le montant d'une...
  • CRISES ÉCONOMIQUES

    • Écrit par Jean-Charles ASSELAIN, Anne DEMARTINI, Pascal GAUCHON, Patrick VERLEY
    • 21 855 mots
    • 14 médias
    ...stocks et faire des avances sur les créances impayées ; elles répondaient aux difficultés en restreignant leurs engagements par l'élévation du taux de l' escompte, avec pour effet d'accroître les embarras de trésorerie des entreprises qui vendaient mal et d'en créer à celles qui se portaient encore bien....
  • Afficher les 10 références

Voir aussi