ESCOMPTE & RÉESCOMPTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'escompte est une opération par laquelle une personne possédant un titre de créance à terme sur un débiteur remet ce titre à une banque, qui lui en verse immédiatement le montant ; la banque se fait ensuite rembourser par le débiteur à l'échéance. Le créancier rémunère le banquier « escompteur » du service ainsi rendu en lui payant, pour la période qui s'écoule entre la remise de l'effet à l'escompte et l'échéance, un intérêt dont le taux annuel est fonction de celui que le banquier lui-même doit payer à la banque centrale pour en obtenir à son tour le paiement immédiat du montant : cette dernière opération est le réescompte.

Pour être escomptable, c'est-à-dire admis à l'escompte par le banquier, un effet doit répondre à certaines conditions : réputation de solvabilité du débiteur ; acceptation de l'effet par ce dernier ; réputation de solvabilité du créancier, contre lequel l'escompteur se retournera en cas de défaillance du débiteur ; échéance de l'effet (en général pas plus de 90 jours). Il faut aussi que l'opération n'entraîne pas un dépassement des limites (ou « plafonds ») imposées par l'autorité financière : la banque centrale ne peut, en un moment donné, avoir en réescompte plus d'un certain montant global de papier présenté par chacune des banques ; ces dernières doivent donc, à leur tour, limiter le montant qu'elles acceptent d'escompter à chacun de leurs clients.

L'importance de l'escompte du papier commercial comme instrument de crédit à court terme donne à la banque centrale un pouvoir considérable sur la vie économique. La banque est en effet maîtresse du volume et du coût du crédit, ainsi que du choix de ses bénéficiaires.

Les modifications du taux de l'escompte, autrement dit du taux auquel la banque centrale prête de l'argent aux établissements de crédit, entre autres pour assurer le réescompte des effets de commerce, sont par conséquent des mesures de politique économique et financière riches en conséquences.

En abaissant le taux de l'escompte, la banque réduit les frais de financement des entreprises, encourag [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification


Autres références

«  ESCOMPTE & RÉESCOMPTE  » est également traité dans :

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agios/#i_5176

AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 1 029 mots

Dans le chapitre « Le prêteur en dernier ressort »  : […] À la veille des guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne est dotée d'un système de crédit et de banque évolué et hiérarchisé. Le papier commercial émis par les marchands constitue la base du système. À un deuxième niveau, les banques de province escomptent ce papier commercial, en octroyant des crédits garantis par celui-ci, gèrent des dépôts et émettent des billets. À l'échelon supérieur, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/an-enquiry-into-the-nature-and-effects-of-the-paper-credit-of-great-britain/#i_5176

CRÉDIT

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BURGARD
  •  • 5 231 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les crédits aux entreprises »  : […] Observons d'emblée qu'à l'intérieur des besoins d'exploitation le financement du cycle de commercialisation et celui du cycle de production ne relèvent pas toujours de techniques distinctes. Dans la vie courante de l'entreprise, ces différentes étapes se superposent fréquemment. Il est de pratique commerciale courante qu'un fournisseur accorde à son client un délai de règlem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/credit/#i_5176

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les « excès du crédit » et les « engorgements des marchés » »  : […] En 1715, « la désolation règne partout », écrivait John Law. Les expéditions de draps du Languedoc par le port de Marseille avaient chuté de moitié ; sur toutes les places de commerce, les espèces sortaient de la circulation et les faillites se multipliaient ; c'était la retombée d'une explosion spéculative des affaires et des crédits née de la paix avec l'Angleterre. En 1729-1730, même emballeme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/#i_5176

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_5176

ENFER, marché en banque

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 205 mots

Le montant total des effets de commerce escomptés par un établissement bancaire et que ce dernier a le droit de présenter à la Banque de France pour les faire réescompter ne peut dépasser une certaine limite, ou « plafond ». Le réescompte des effets présentés en dépassement de celui-ci ne pouvait être admis que moyennant le paiement d'un taux très supérieur au taux normal en vigueur. La situation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfer-marche-en-banque/#i_5176

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique monétariste »  : […] Le 6 octobre 1979, le F.O.M.C., présidé par Paul Volcker (1979-1987), annonce une expérience de monétarisme intégral. L'agrégat monétaire étroit M1 (espèces, plus dépôts à vue) devient l'objectif intermédiaire unique. Le Fed en déduit la quantité nécessaire de réserves non empruntées. Les zones cibles pour déterminer le taux d'intérêt sur le marché monétaire sont abandonnées. Le taux doit donc s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fed/#i_5176

FRANC FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 9 668 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La diversification des formes monétaires »  : […] La diversification des formes monétaires et la multiplication de leur quantité en circulation sont des soucis constants en période de croissance économique. La disette relative de numéraire est perçue comme préjudiciable aux « besoins légitimes des affaires », d'autant plus que les paiements au comptant se multiplient. Très tôt, on développe, avec plus ou moins de succès, l'émission de papier-monn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-francais/#i_5176

OPEN MARKET

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 212 mots

Littéralement « marché ouvert ». Ce marché est constitué par les achats et les ventes de fonds d'État et d'effets de commerce accomplis par les banques centrales, en vue de compléter et d'étendre leur action sur le marché monétaire et sur la liquidité du circuit bancaire. Ce marché est qualifié d'ouvert précisément parce que ces opérations, effectuées à la discrétion des banques centrales, vont au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/open-market/#i_5176

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « Les taux du marché monétaire »  : […] La première fonction du marché monétaire est de permettre aux institutions financières d'obtenir le refinancement en liquidité ou « monnaie centrale » nécessaire à leur activité. Cette « monnaie centrale » répond à trois besoins : faire face à leurs obligations de réserves obligatoires, aux retraits en billets de leur clientèle et à la compensation entre banques dans le système des paiements inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_5176

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « ESCOMPTE & RÉESCOMPTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/escompte-et-reescompte/